Mode in London

Londres est depuis longtemps reconnu comme un incubateur de talents, grâce à la célèbre école de design Central St Martin qui apporte toujours un précieux soutien aux jeunes créateurs. Ainsi Stella MacCartney, Alexander MacQueen, John Galliano et Hussain Chalayan y ont fait leurs premières armes. Du dimanche 19 au jeudi 23 septembre, la semaine de la Mode londonienne organisée par le Bristish Fashion Concil va une nouvelle fois remplir son rôle de dénicheur de tendances et accorder leur chance à une kyrielle de créateurs inconnus espèrant prendre la relève de grands noms britanniques de la mode, partis défiler dans d'autres capitales. Avec 45 défilés de prêt-à-porter printemps/été 2005 cette saison (15 en 1994), Londres n'a effectivement pas la même influence dans le monde de la mode que Paris et ses 160 défilés ou New York (90 défilés).Plus de 4500 personnes attendues, 170 nouvelles entrées comptabilisées le premier jour... Malgré un fatiguant circuit des défilés les menant durant quatre semaines de New York à Milan puis Paris, acheteurs de grandes maisons et rédactrices de mode sont de plus en plus nombreux à honorer de leur présence les allées de la grante tente blanche montée au Duke of York's Square. La presse internationale est au rendez-vous : Patrick Cabasset de l'Officiel, Ariella Goggi du Vogue Italien ou Suzy Menkes de l'International Herald Tribune. On peut aussi croiser Elements Dallas, Fred Segal et Michael Fink de Saks Fifth Avenue ou encore Maria Luisa, ou les acheteurs du Printemps, du bon Marché et de Franck & Fils venus de Paris. Parmi eux, Concetta Lanciaux, bras droit du patron de LVMH Bernard Arnault, reste sans cesse à la recherche de nouveaux talents pour les marques du groupe et notamment d'un successeur à Julien Macdonald pour Givenchy Femme. Pour soutenir la réalisation d'un coûteux défilé, la chaîne de vêtements Topshop sponsorise des jeunes créateurs en finançant intégralement leurs défilés pendant quatre saisons. En contrepartie, elle s'inspire de leur idées pour ses propres vêtements vendus au grand public. Mais, après avoir ainsi pris leur envol, les plus doués vont bien souvent développer leur talent ailleurs, comme l'ont fait dans le passé Vivienne Westwood (34 ans d'expérience de mode), Stella McCartney, Alexander McQueen, John Galliano, Hussein Chalayan,Phoebe Philo (Chloé) ou Oswald Boateng (nouveau directeur artistique de Givenchy Homme). En revanche, Paul Smith reste fidèle à la scène londonienne pour sa ligne femme (il présente sa ligne homme à Paris), de même que Nicole Farhi, Julien Macdonald, Betty Jackson, Jasper Conran ou le duo anglo-brésilien Clements Ribeiro, qui dessine Cacharel. Le Conseil de la Mode britannique compense ces départs par un afflux de nouveaux créateurs pour qui la semaine des défilés de Londres est une excellente plate-forme de lancement : Alistair Carr, Ashish, Gardem, Camilla Staerk défileront pour la première fois de leur vie. Découverte à Londres, la grecque Sofia Kokosalaki, qui a réalisé les costumes des athlètes pour les cérémonies d'ouverture et de clôture des Jeux Olympiques d'Athènes, n'a malheureusement pas pu finir sa collection à temps pour la London Fashion Week. Parmi les petits derniers à surveiller de près, figurent encore Jonathan Saunders et ses imprimés, Giles Deacon, Boudicca et Bora Aksu, les jumelles géorgiennes Tatanaka et le danois Jens Laugesen. Il aura fallu au couple anglo-nippon Sarah Swash et Toshio Yamanaka, pas encore trentenaires, un travail acharné dans leur appartement-atelier d'un quartier populaire londonien pour pouvoir boucler à temps le tout premier défilé de leur marque. Baptisée Swash, elle a été présentée mardi à la London Fashion Week. Le duo a remporté en mai dernier le grand prix du festival d'Hyères en France, ainsi que le prix de la marque "1,2,3". La chaîne de vêtements française leur a ainsi permis de dessiner une mini-collection qui sera vendue au grand public au printemps prochain.Tous les frais du défilé sont pris en charge par le Conseil de la Mode britannique et ses sponsors. Seul le coût de fabrication des vêtements est à la charge des stylistes. Les deux jeunes gens se sont connus à l'école de design Central St Martins, dont ils sont sortis en 2001, comme avant eux de grands créateurs britanniques tels John Galliano ou Alexander McQueen. Tous les espoirs sont permis. www.londonfashionweek.co.uk Anne-Sophie Dutat

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterIndustrie
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER