×
125
Fashion Jobs
CLINIQUE
Clinique Counter Consultant 80% Globus Zürich
CDI · Zürich
HUGO BOSS
Brand Manager Bodywear & Hosiery
CDI · Coldrerio
HUGO BOSS
Product Manager Global Licenses/Fragrances (f/m/d)
CDI · Zug
SIDLER SA
Senior Sales Associate / Top Luxury Brand / Zürich
CDI · ZURIGO
SIDLER SA
Senior Sales Associate / Top Luxury Brand / Geneva
CDI · GINEVRA
LACOSTE
Conseiller(e) de Vente 60 - 80 % Lacoste Outlet Aubonne M/W/D
CDI ·
THE KOOPLES
Sales Advisor w/m - Bern Globus Women - Full-Time
CDD · BERNE
THE KOOPLES
Sales Advisor - Full Time - Zurich - Summer Contract w/m
CDD · ZURICH
CALZEDONIA GROUP
Conseillère de Vente 20%
CDI · GENEVA
CONFIDENTIEL
Responsable de Magasin
CDI · LAUSANNE
BA&SH
Conseiller de Vente - Temps Partiel 6h/Semaine - Manor Genève
CDI · GENÈVE
TOM TAILOR
Modeberater (M/W/D) Mit 30-40 % Arbeitspensum Für Unseren Tom Tailor Outlet Store in Murgenthal
CDI · MURGENTHAL
GLOBUS
Verkaufsberater:in Lingerie (M/W/D)
CDI · LUZERN
VANIDA DANG
Stage Responsable de Zone
Stage · BIENNE
GLOBUS
Verkaufsberater:in Damenmode (M/W/D)
CDI · LUZERN
HUGO BOSS
Praktikum Finance Und Accounting (M/W/D)
CDI · Zug
HUGO BOSS
Sales Associate 40% (f/m/d)
CDI · Lausanne
HUGO BOSS
Sales Associate 60% (f/m/d)
CDI · Lausanne
HUGO BOSS
Sales Associate 20% (f/m/d)
CDI · Lausanne
MAX&MOI
Conseillère (- er) de Vente Trilingue Expérimenté(e)
CDI · CRANS-MONTANA
ERIC BOMPARD
Conseiller de Vente H/F - CDD
CDD · GENÈVE
BRANDS OF TOMORROW HOLDING SA
Sales Associate
CDD · AUBONNE
Par
AFP
Publié le
19 févr. 2021
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Moins stricte, plus confortable, la tenue de travail transformée par la pandémie

Par
AFP
Publié le
19 févr. 2021

Costumes et tailleurs remisés au placard, joggings voire pyjamas à toute heure: la généralisation du télétravail a changé les habitudes vestimentaires, et même si les vaccins pourraient ramener un peu de formalisme, la tenue professionnelle devrait sortir moins stricte et plus confortable de la pandémie.


Un homme travaillant de chez lui, en chemise, cravate et bas de pyjama. - Shutterstock


Depuis mars 2020, "tout le monde s'habille à partir de la taille, pour les réunions Zoom", ironise le styliste Sascha Lilic. En dessous? "On met un joli short."

Et parmi ceux qui sont retournés sur leur lieu de travail, beaucoup remarquent un laisser-aller ambiant. "J'ai vu quelqu'un traverser le bureau en chaussettes pour aller dans un autre service", se souvient Deanna Narveson, journaliste à Baton Rouge (Louisiane).

"Et moi aussi, je sens que je m'habille plus décontracté" au bureau, dit la jeune femme, qui se force pourtant à se vêtir formellement quand elle travaille de chez elle.

Selon des personnes sondées dans plusieurs entreprises, tout s'est fait dans le non-dit, sans que directions et DRH n'interviennent.

"Des shorts et des t-shirts au Pentagone, c'est assez nouveau", glisse Matt Triner, patron de la société de conseil informatique Hunter Strategy, prestataire du gouvernement américain sur plusieurs projets.

L'assouplissement des codes vestimentaires dans le monde professionnel était déjà à l'œuvre bien avant la pandémie, emmené par le secteur de la tech et la génération start-up.

Le vent soufflait même déjà jusque dans la banque, où Goldman Sachs avait adopté, il y a presque deux ans, un code vestimentaire "flexible", encourageant ses salariés à "se fier à leur propre jugement de ce qu'il est convenable de porter pour leur journée de travail", explique une porte-parole.

Mais tout s'est soudain accéléré. "Les costumes et les cravates commençaient déjà à disparaître dans la tech", explique Matt Triner. "La pandémie a donné une excuse aux derniers survivants pour lâcher l'affaire."

"Du changement dans l'air"



Modèle de classicisme professionnel, l'enseigne américaine Brooks Brothers a déposé le bilan l'an dernier, tout comme la maison mère de Men's Wearhouse, connu avant tout pour ses costumes, plombés par le double effet de la pandémie: moins de shopping, mais aussi moins de formalisme.

Spécialisé dans le prêt-à-porter masculin de luxe, le designer new-yorkais David Hart a "mis en retrait" le costume "pour l'instant", et s'est "concentré davantage sur "les tricots", pulls ou polos en maille.


Le gilet en maille remplace la veste de costume dans la collection hiver 2020. - David Hart


Au-delà de la pandémie, "il va y avoir du changement dans l'air", prévoit Sascha Lilic, pour l'homme en particulier. "La tenue va devenir plus décontractée. (...) L'ensemble sera beaucoup plus axé sur le confort."

Finies les chaussures trop rigides, les ceintures trop serrées, et "on va perdre beaucoup de cravates", annonce celui qui a déjà travaillé avec plusieurs maisons de couture, comme Hugo Boss ou Elie Saab.

Le virage est déjà visible chez les enseignes de mode, où l'on pousse de plus en plus ostensiblement vestes en coton ou en lin, polos, voire baskets sobres.

De retour sur le lieu de travail, les salariés vont "tenter des looks qui soulignent davantage leur personnalité, sans pour autant rompre totalement avec le langage du vêtement, avec son côté professionnel", anticipe Sascha Lilic. "Je ne pense pas qu'on débarquera dans les bureaux d'une banque habillé en rappeur."

L'apparence, et un certain formalisme "sont toujours importants pour certains clients", souligne Matt Triner, "même si, à mesure que ces clients rajeunissent, ça évolue rapidement."

"Je pense que le costume va rester, mais il ne produira plus cet effet physique flagrant", selon Sascha Lilic. "Ce sera moins quelque chose derrière lequel on se cache."

Pour David Hart, l'après-pandémie va correspondre à "un désir fort de s'habiller bien de nouveau". Avec la montée en puissance de la mode masculine, qui était déjà en cours avant l'arrivée du coronavirus, "les gens vont commencer à s'habiller pour eux-mêmes, et pas parce que c'est ce qu'on attend d'eux au boulot."

Lui qui a fait une partie de l'image de sa marque sur le couple veste et pantalon se prend même à rêver d'un monde post-pandémie "où costumes et cravates deviendront disruptifs", nouveaux signes d'originalité au milieu d'une marée de streetwear. "L'homme en costume sera le nouveau rebelle."



Par Thomas URBAIN à New York, le 19 février 2021 (AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.