N°21 : Querelle revisitée pour mecs stylés

« Pourtant tout homme tue ce qu’il aime (…) Le lâche tue d’un baiser / Et le brave d’un coup d’épée ! » pour reprendre les paroles immortelles d’Oscar Wilde.


Photo : No. 21 - Instagram

Ce couplet extrait de la Ballade de la geôle de Reading servait de refrain à une chanson mélancolique chantée par Jeanne Moreau dans le célèbre film Querelle, le dernier de R.W. Fassbinder, qui a inspiré cette collection chic raffinée et urbaine, par le créateur Alessandro Dell’Acqua pour N°21.

Présentée dans un garage du nord de Milan, un lundi matin frisquet, voici l’essence même de l’Italie au meilleur de sa forme : du prêt-à-porter masculin plausible et flatteur, pour des jeunes hommes qui recherchent une allure fraîche et cool.

Des tailleurs gaillards aux coupes impeccables, avec des vestes croisées aux formes carrées et des pantalons sans pinces portés avec de superbes bottines garnies de cuir vernis. Des chemises plastifiées malignes façon Bienvenue à Gattaca, et d’excellents duffle-coats aux proportions idéales, en veau ou en laine bouclée. Il y avait peut-être un ou deux hommages trop appuyés à Helmut Lang, comme ces redingotes en laine noire à bande horizontale en satin, mais Alessandro Dell’Acqua fait toujours montre d’assez de sensibilité et de sensualité pour se les approprier totalement. En résumé, une réussite stylée, facile à porter et à fort potentiel commercial pour ce créateur éternellement populaire.

On dirait que la chance sourit totalement à Alessandro Dell’Acqua. Il fait un carton avec sa propre maison, N°21, financée par Paolo Gerani, propriétaire d’Iceberg. Dans son deuxième boulot, celui de créateur pour Rochas à Paris, il a créé une œuvre unique. Et pour son tout dernier projet, la première collaboration de la Tod’s Factory, il a brillamment revisité les semelles à picots des chaussures les plus connues de cette marque.

« Ale a ouvert une nouvelle ère pour nous et en plus il vend extrêmement bien. C’est gagnant-gagnant », explique le propriétaire de Tod’s, Diego Della Valle. On peut donc célébrer toute la beauté visuelle de Querelle, sans ses violents excès.

Traduit par Marguerite Capelle

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterLuxe - Prêt-à-porterDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER