N°21 fait défiler des majorettes New Wave

C'est une véritable fête qui a eu lieu chez N°21 : public surchauffé, fans transis devant l'ancien garage transformé en siège de la maison italienne et un premier rang rempli d'acheteurs et de journalistes. Pour ouvrir le défilé, une troupe de majorettes revisitées au goût du jour - la moitié des mannequins portaient le fameux chapeau bordé de perles.


N°21 automne 2018 - Instagram
 
Le directeur créatif de la maison, Alessandro dell’Acqua, nous a offert un électrochoc visuel : sa collection transpirait l'optimisme d'une main chanceuse au poker dans un casino à Las Vegas. Le paysage de la ville américaine apparaissait d'ailleurs sur d'incroyables manteaux et trench-coats entièrement brodés de sequins, véritables clous du spectacle.
 
L'esprit était également assez New Wave : les filles portaient des petites robes bordées de perles argentées, sous d'imposantes parkas d'hiver, et des creepers. Des mods au Far West. La femme N°21 n'est pas une fleur artificielle, mais une fille carriériste qui reste insouciante - elle sort le soir en pantalon d'équitation plastifié, avec une chemise et une écharpe à carreaux bûcheron, à moins qu'elle préfère une sensuelle nuisette à franges dorées ou argentées. Elle est résolument western, avec ses manteaux en cuir qui rappellent la robe d'un cheval, ses franges rodéo et ses cardigans de laine mohair. Son attitude n'est pas sans rappeler celle des B-52's, peut-être à cause de ses lunettes de soleil couvertes de cristaux - prêtées par Linda Farrow. 
 
« J'adore les majorettes pour leur glamour spontané. Je voulais mêler leur féminité et leur sensualité avec des éléments masculins et une attitude très Alessandro dell’Acqua », confie le créateur dans les coulisses bondées de son défilé.
 
Mais ce qu'on retiendra de ce show, ce sont les vues brodées de Las Vegas by night - qu'on devrait retrouver dans tous les magazines d'ici peu. Surtout cette jupe flamboyante, assortie à un bomber de pilote. « J'adore les lumières qui éclairent Vegas la nuit, c'est le moment où la majorette fait ce qu'elle veut, loin du terrain de football ! » précise-t-il.
 
En un mot : la longue histoire d'amour qui lie l'Italie et les États-Unis depuis la guerre semble bien se porter.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER