×
112
Fashion Jobs

Orchestra-Prémaman engage une procédure de réorganisation judiciaire pour sa filiale belge

Publié le
today 26 sept. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Alors qu’il y a deux jours, le groupe français Orchestra-Prémaman annonçait son entrée en procédure de sauvegarde, il a déposé une requête ce 26 septembre pour ouvrir une procédure de réorganisation judiciaire par un accord collectif pour sa filiale belge devant un tribunal local (pour une durée de six mois).


L'intérieur du mégastore belge de Zaventem. - Orchestra


Alternative à la faillite, ce processus qui se rapproche par certains aspects d’un redressement judiciaire en France, « accorde un sursis à la société, lui permettant de trouver des solutions aux problèmes de liquidité à court terme. La société reste opérationnelle et le conseil d’administration et le management de la société restent en place », explique le groupe spécialisé dans la mode enfant et la puériculture. Toutefois, le paiement des dettes est suspendu pendant la période.

« La société préparera un plan de réorganisation qui devra être approuvé par ses créanciers et ensuite homologué par le tribunal », précise Orchestra, qui est très présente en Belgique avec 49 succursales (sur 620 points de vente au total). Un pays dans lequel le groupe réalise 13 % de ses ventes globales, soit 118,7 millions d’euros sur l’exercice 2018/19.

Outre-Quiévrain, la société fondée par Pierre et Chantal Mestre en 1995 a fait grossir son empreinte dans le pays en acquérant la société belge Prémaman en 2012, puis en reprenant les six magasins de la chaîne locale Baby 2000, et enfin en rachetant Home Market en 2014. Mais, faisant face à des difficultés, le groupe a fermé près de 70 magasins ces cinq dernières années.

La société Orchestra-Prémaman, qui regroupe près de 550 points de vente dans 40 pays (dont 230 en commission-affiliation), a vu son chiffre d’affaires reculer de 6,8 % sur son dernier exercice, à 570,8 millions d’euros, et enregistré une perte nette de 88,2 millions d’euros. Ces délicats résultats l’on conduit à demander l’ouverture d’une procédure de sauvegarde pour la maison-mère, validée par le tribunal de commerce de Montpellier le 24 septembre.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com