Oui ou non, Renzo Rosso a-t-il voulu s'offrir Belstaff ?

On a beaucoup parlé dernièrement de Jimmy Choo, le groupe JAB Holdings, dont il dépend, se préparant à liquider ses marques de luxe. Mais ce week-end, toutes les conversations tournaient autour de Belstaff, autre marque du groupe JAB Holdings.


Belstaff

Tout est parti d'un reportage dans The Sunday Times qui annonçait que le puissant groupe italien OTB, dirigé par Renzo Rosso, avait l'intention d'acheter la marque d'origine britannique. D'autres articles ont immédiatement démenti l'information. Qui dit vrai, qui dit faux ?

Si Renzo Rosso était intéressé, cela ajouterait un autre grand nom à un groupe de luxe déjà structuré, puisqu'il possède actuellement Marni, Maison Margiela et Viktor & Rolf. Et donnerait une visibilité accrue à Belstaff.

N'oublions cependant pas que les acquisitions récentes d'OTB, comme Marni, sont généralement en meilleure posture que Belstaff actuellement. JAB a acheté Belstaff pour environ 100 millions de livres sterling en 2011 et même si le groupe ne publie pas de chiffres séparés, on dit la marque déficitaire. À vrai dire, quand sa possible vente a été évoquée l'an dernier, quelques analystes ont même suggéré qu'elle pourrait être cédée pour seulement 3 millions de livres - estimation que d'autres spécialistes jugent très sous-évaluée...

La marque est à vendre, de même que Jimmy Choo ou Bally, parce que la richissime famille Reimann, basée en Allemagne, veut concentrer ses investissements sur la restauration et la beauté, choix peu surprenant car ces secteurs sont beaucoup plus rentables.

Renzo Rosso et son équipe feraient de bons propriétaires pour Belstaff : ils maîtrisent un savant mélange de créativité, de marketing et de sens commercial.

Au final, on ne sait pas si OTB est sur la liste des acheteurs potentiels, ni même si une autre compagnie a exprimé son intérêt. Le prochain propriétaire, quel qu'il soit, possèdera une marque qui a énormément monté en gamme ces dernières années tout en conservant des liens forts avec son héritage - Belstaff a été fondée il y a presque un siècle et proposait à l'origine des vêtements de motards.

De nombreux changements ont eu lieu chez Belstaff ces derniers temps : l'entreprise a rapatrié son siège à Londres il y a presque deux ans et a décidé de suspendre son introduction en Bourse après le vote du Brexit. À l'époque, le PDG, Gavin Haig, avait décidé que cette mesure n'était pas prioritaire et qu'il valait mieux se concentrer sur la croissance commerciale - sans compter sur d'éventuels investissements externes. Il avait alors déclaré : « Après le Brexit, nous voyons l'instabilité du marché du luxe et du marché tout court comme une occasion de percer - surtout pour une petite marque comme Belstaff ».

La direction de l'entreprise semblait confiante en raison de plusieurs facteurs : la créatrice Delphine Ninous à la barre, une collaboration avec Liv Tyler, un nouvel élan marketing et des projets de magasins en Asie. En avril dernier, Belstaff a ouvert sa première boutique à Tokyo, à l'intérieur de l'immense centre commercial Ginza Six. Pour la première fois, l'intégralité des collections féminines était disponible dans l'une des capitales mondiales de la mode, juste après l'arrivée de la marque sur le marché japonais.

Le mois dernier, Belstaff a présenté ses collections masculine et féminine à Londres pendant la semaine de la mode homme. Inspirée des aventures extraordinaires des participants du Paris-Dakar, la collection combine des tissus techniques ultra modernes et des motifs imprimés d'inspiration plus ancienne, dans une ambiance qui rappelle le passage entre les décennies 1970 et 1980.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - AccessoiresLuxe - DiversIndustrie
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER