Pitti Immagine met le turbo dans le digital grâce à e-Pitti

Lancé en juin 2011, e-Pitti enregistre un succès sans précédent. « Aujourd’hui, 27 % des acheteurs transitent uniquement sur ce site sans se déplacer à Florence. C’est énorme ! Un poids considérable, qui permet de multiplier par autant les possibilités de business pour nos exposants », s’enthousiasme Francesco Bottigliero, le fondateur et patron de FieraDigitale, la société qui pilote avec Pitti Immagine cette plateforme créée pour prolonger sur la toile les salons Pitti Uomo, Pitti Bimbo et Pitti Filati.
 
Le magazine du Pitti, Fairplay, parle de style et raconte e-Pitti deux fois par an - ph Eeva Suutari

Sur la totalité des acheteurs qui suivent les manifestations de l’organisateur florentin, 57% ne fréquentent que les salons physiques, 27 % donc (plus précisément 27,7 %) se contentent d’aller sur e-Pitti et 16 % participent aux deux. « En huit ans d’existence, FieraDigitale est devenu un service important. Nous avons noté, par exemple, que les grands magasins sont de plus en plus nombreux et passent beaucoup de temps sur e-Pitti », souligne l’administrateur délégué de Pitti Immagine, Raffaello Napoleone.
 
Alors qu’elles étaient circonspectes au départ, les marques se battent désormais pour bénéficier de ce service inclus dans le forfait pour accéder su salon, bien conscientes des avantages qui en découlent par rapport au coût demandé. Mais e-Pitti ne peut excéder les 1360 adhérents et, désormais, il faut en passer par une liste d’attente. La demande est telle que, pour la première fois, la plateforme va anticiper son ouverture la saison prochaine.
 
« Nous allons mettre en ligne dès la fermeture du Pitti Uomo, le vendredi soir, les collections de 50 exposants, principalement des marques de recherche, pour arriver jusqu’à 200 dans les jours suivants, alors qu’habituellement, le salon virtuel est actif neuf jours après la fermeture de celui physique. Cela va nous demander un grand effort, mais nous avons compris que c’était important. La demande est forte de la part des acheteurs », indique Anna Mazzer, la responsable marketing et digital de FieraDigitale.
 
Parmi les autres services high-tech proposés aux exposants par l’organisateur florentin figure aussi « Ready-to-Order », une application permettant aux entreprises de gérer toutes leurs commandes en numérique directement sur l'iPad, durant toute leur campagne de vente, et ce même en dehors des salons du Pitti.

Lancé il y a deux ans, ce service payant (autour de 40 euros par mois) a vu les transactions générées par cette application tripler en une saison. Elles s’élevaient à 4,5 millions d’euros pour le printemps-été 2018. Elles ont atteint 12 millions d’euros pour l’automne-hiver 2018-19.
 

Les chiffres de e-Pitti pour l'automne-hiver 2018-19 - Pitti Immagine

Sur sa lancée technologique, Pitti Immagine souhaite également supprimer totalement les badges à l’entrée de ses salons. « D’ici à deux ans, la manifestation ne sera accessible que via une application sur smartphone. Cela permettra d’accélérer les procédures en mettant fin aux longues files, en facilitant les entrées, tout en nous aidant à affiner les contrôles. En supprimant les 1 500 mètres carrés dédiés à la réception, nous pourrons par ailleurs donner plus d’espace aux exposants, en particulier ceux de" Touch!", la section dédiée aux marques d’avant-garde », précise Raffaello Napoleone.
 
Lors de la session de janvier 2018, e-Pitti, qui a couvert pendant onze semaines les salons de l'homme, de l'enfant et du fil, a enregistré une hausse de près de 7 % de ses visiteurs (+6,9 %). Le nombre des visiteurs étrangers a notamment progressé de 14,4 % pour le rendez-vous virtuel du Pitti Uomo et de 30,4 % pour son équivalent du Pitti Filati.
 
Cette édition hivernale a présenté au total 1 354 marques, dont 918 pour le seul Pitti Uomo, soit 90 % du nombre total d’exposants présents dans les salons physiques, et 7 916 produits. Sur les 109 pays présents, l’Italie reste en tête suivie par les Etats-Unis, Japon, Allemagne, Royaume-Uni, Turquie, Espagne, France, Russie et Pays-Bas.

Autre donnée intéressante, celle des produits les plus consultés selon les nationalités. Les Russes privilégient un style super classique, les Turcs s’intéressent à tout, Japonais et Français alternent produits classiques et pointus, l’Espagne alterne produits casual et pointus, l’Italie principalement le sport et le casual, tandis qu’Allemagne, Angleterre et Etats-Unis sont très axés sur les labels avant-garde.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterSportMode - DiversLuxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversSalons
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER