×

Pour son grand début chez Berluti, Kris Van Assche sublime l'art du tailleur

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 18 janv. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L'arrivée d'un nouveau directeur artistique s'accompagne d'un virage serré chez Berluti : Kris Van Assche a présenté sa première collection pour la vénérable maison française, par un vendredi glacial à Paris.


Berluti - Fall-Winter2019 - Menswear - Paris - © PixelFormula


Ce vendredi matin, le public nombreux a pris place tout autour du grand escalier du Palais Garnier après avoir été accueilli par une vingtaine d'artisans en tablier de cuir usé par le temps. Le message était clair : Kris Van Assche allait être très respectueux de l'ADN de Berluti et de son patrimoine de grand chausseur de luxe français.

La première tenue insistait sur ce point : un tailleur ajusté, impeccable - une veste à deux boutons portée avec des bottines assorties en cuir patiné, la signature de Berluti.

Tandis que les enceintes diffusaient la version industrielle d'une symphonie classique, les mannequins arpentaient sans perdre de temps les galeries autour du célèbre escalier de marbre, chaussés pour la plupart de chaussures de cuir. On ne pouvait qu'aimer ce long manteau expressionniste, presque abstrait - et cette autre version de la même pièce, en cuir de poney scintillant. Et tous ces détails dont Kris Van Assche a le secret : l'épaule marquée très années 1980, des costumes cintrés à la taille, vert foncé, ou fuchsia. Clin d'oeil aux origines de la vénérable maison, le créateur belge avait même prévu des pendentifs en forme de chausse-pieds.
 
« Il s'agit d'atteindre le client actuel, de lui faire connaître notre patine et notre savoir-faire, de construire des ponts et de promouvoir la technicité de nos produits auprès de nos nouveaux clients, plus ou moins jeunes. Une collection pointue et "mode" peut très bien conserver son étiquette "luxe", c'était le défi de cette collection », expliquait Kris Van Assche, très ému après avoir salué ses parents.
 
Un mélange de sobriété et d'audace qui, ensemble, ont donné naissance à un premier opus impressionnant, qui mettait l'accent sur le tailleur avant tout. Kris Van Assche a également présenté une nouvelle bottine ultra-technique, qu'Antoine Arnault et sa compagne, Natalia Vodianova, portaient tous les deux au premier rang du défilé.


Berluti - Fall-Winter2019 - Menswear - Paris - © PixelFormula


« L'objectif de cette collection ? Créer le tailleur d'aujourd'hui, Kris l'a parfaitement respecté, tout en restant fidèle à son propre style. Nous sommes très heureux de ce qu'il est en train de construire », assurait Antoine Arnault.

Agé de 42 ans, le créateur d'origine belge Kris Van Assche a rejoint Berluti après avoir quitté la maison de couture la plus célèbre de LVMH, Christian Dior, où il était responsable créatif du prêt-à-porter masculin. Chez Dior Homme, il avait contribué à l'essor du streetwear et du sportswear - mais chez Berluti, ces tendances omniprésentes ailleurs étaient distillées avec parcimonie, sur quelques jeans de motard par exemple.

Une demi-douzaine de mannequins féminins ont également pris part au défilé : Antoine Arnault faisait remarquer qu'il ne s'agissait pour elles que de vêtements « boyfriend », qu'elles auraient pu avoir emprunté à leur petit ami. « Il ne s'agit pas d'une collection féminine conçue à part. »
 
Au premier rang, on assistait à un embouteillage de dirigeants de LVMH : le grand chef, Bernard Arnault, Sidney Toledano, Serge Brunschwig, de Fendi, Antonio Belloni, Delphine et Antoine Arnault, ce dernier étant le PDG de Berluti.

Interrogé sur les rumeurs selon lesquelles LVMH envisagerait de lancer une nouvelle marque de mode avec Rihanna, Bernard Arnault s'est contenté d'émettre un petit rire, avant de lancer : « Je crois surtout que Rihanna est une chanteuse extraordinaire ! »

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com