Prada renoue avec la croissance en 2018, mais sa rentabilité est en baisse

Après quatre années en berne, Prada récupère du terrain en 2018, son plan de redressement commençant à porter ses fruits. Pour la première fois depuis 2013, le groupe de luxe italien (Prada, Miu Miu, Church's, Car Shoe et Marchesi) affiche une progression de son chiffre d’affaires de près de 3 %, à 3,142 milliards d'euros (+6 % à taux de change constant), selon ses résultats publiés ce vendredi. En revanche, alors que la plupart de ses concurrents ont clos l’année avec des rentabilités record, Prada accuse un repli de tous ses indicateurs par rapport à 2017, même s’ils restent positifs.


Le dernier défilé de Prada à Milan en février - © PixelFormula

Son bénéfice net a en effet reculé de 17,5 % en 2018, à 205,4 millions d’euros, son résultat opérationnel (Ebit) de 10 %, à 324 millions, avec une marge ressortant à 10,3 % contre 11,8 % en 2017, et son résultat brut d’exploitation (Ebitda) a diminué de 6,3 %, à 551,2 millions d’euros. « L’évolution défavorable des taux de change s’est traduite par une dilution des marges opérationnelles de 140 points bas, alors que les marges à taux de change constant sont restées relativement stables », souligne la société, qui a décidé de proposer à ses actionnaires un dividende de 6 centimes par action contre 7,5 centimes un an auparavant.

Pour améliorer ses marges, le patron du groupe, Patrizio Bertelli, a annoncé au cours d’une conférence avec les analystes que la société n’effectuera plus de rabais dans ses propres boutiques à partir de cette année. Selon la directrice financière, Alessandra Cozzani, « les ventes à périmètre comparable sont positives en ce début d’année, alors qu’elles ont ralenti de 3 % au second semestre 2018 ».

La croissance de la maison a été tirée principalement l’an dernier par sa marque phare, Prada, avec un chiffre d’affaires de 2,56 milliards d’euros, soit 82,6 % de l'activité du groupe, enregistrant une hausse de 3,9 % en données reportées et de 7 % à taux de change constant. Les ventes de la ligne jeune Miu Miu, qui s’établissent à 453,5 millions d’euros, pesant 14,6 % sur le chiffre d’affaires total, ont reculé pour leur part de 1,3 % en 2018, mais s’inscrivent en hausse de 2 % à taux de change constant. Celles des souliers Church’s sont également en repli de 2,7 %, à 69 millions d’euros.

L’Europe reste le premier débouché du groupe (38,4 % de son activité), suivie par l’Asie-Pacifique (33,4 %), avec une progression des ventes respective de 1,6 % et 6,4 % pour 2018. A taux de change constant, dans cette dernière région, le chiffre d’affaires a bondi de 10 % et de 8 % en Grande Chine. Au Japon, les ventes de l’italien ont progressé également de 4 %. En revanche, dans les Amériques, elles ont baissé de 1,3 %, mais ont augmenté de 4 % à taux de change constant.

Avec ses 634 boutiques dans le monde, toutes marques confondues, contre 625 fin 2017, le réseau retail continue d’assurer 81,7 % des revenus de Prada, avec une croissance de 7 % à taux de change constant l’an dernier (+3,6 % en données reportées).


Patrizio Bertelli et son fils Lorenzo (à gauche). Le groupe organise la Prada Cup en 2020 - DR

« Le renouvellement stratégique et la réorganisation qui s’en est suivie et sera complétée dans les prochains mois confèrent à l’entreprise une structure plus dynamique et une nouvelle capacité à interpréter l’évolution culturelle des nouvelles générations avec lesquelles partager l’identité de nos marques », a commenté Patrizio Bertelli, qui a indiqué vouloir continuer à investir dans les technologies digitales et dans l’infrastructure industrielle. « Il est désormais évident que la transformation numérique a complètement changé la relation avec le consommateur », a-t-il souligné.

A ce titre, la galaxie Prada va notamment augmenter ses investissements dans la communication, a déclaré Lorenzo Bertelli, le fils aîné de la styliste Miuccia Prada et de Patrizio Bertelli, le duo à la tête de la maison italienne, qui dans son rôle de directeur du marketing et de la communication participait pour la première fois à la conférence post-résultats. Pilote de rallye, le trentenaire a rejoint en 2015 le conseil d'administration de l'entreprise, avant d’intégrer le management du groupe en septembre 2017 pour accompagner sa transformation digitale.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER