Prix LVMH : les candidats qui avancent en tandem

Après une mise en lumière des créateurs qui ont choisi l'émulation créative de Londres pour établir leur label, place à notre deuxième volet consacré aux nouveaux talents en lice pour le Prix LVMH 2018 : les « duos » lèvent le voile sur trois histoires de couples et de marques. Leurs noms : Botter, Kwaidan Editions et Eckhaus Latta. Ils concourent parmi neuf jeunes créateurs aux horizons divers. Décision rendue le 6 juin.


Les créateurs de la marque Botter - François Goize

Le 30 avril dernier, la 33e édition du Festival de Hyères récompensait un jeune couple de créateurs néerlandais, Lisi Herrebrugh et Rushemy Botter, réunis sous le nom de la marque Botter. Leur collection « Fish or Fight » et l’univers décalé fortement inspiré des Caraïbes - lui est né sur l’île de Curaçao, la mère de la créatrice est, elle, dominicaine - convainc à l’unanimité le jury.

Diplômée de l’Amsterdam Fashion Institute et formée à la haute couture dans les ateliers de Viktor & Rolf, Lisi Herrebrugh rejoint Rushemy Botter en Belgique, où il passe quelques années à la Royal Academy of Arts d’Anvers sous la direction de Walter Van Beirendonck. Le couple ne quittera plus la ville.

Récompensée à plusieurs reprises, la collection « Fish or Fight » reçoit le prix Dries Van Noten et le prix Ann Demeulemeester, puis le prix VFiles Runway à New York, qui met à l’honneur les jeunes designers et emmène le duo présenter leur collection à la Fashion Week de New York. Un certain nombre de personnalités - Naomi Campbell, Bella Hadid et Anna Wintour parmi elles - affichent leur soutien à Botter.

Marquant les esprits, la marque propose un mélange de silhouettes fortes et de street-style coloré, aux imprimés fleuris. Un esprit directement inspiré de la mode de la jeunesse caribéenne immigrée en Europe et de la culture des Caraïbes, remarquable à travers l’utilisation de filets de pêche fluorescents et diverses références à la pollution qui touche ces îles via le détournement de logos de compagnies pétrolières, de sacs plastique et d'animaux gonflables portés en chapeau.

Marque responsable réalisant ses vêtements avec le soutien d’artisans locaux et en large partie à partir de matières recyclées, Botter associe l’esprit tailoring au sportswear dans une élégance originale. Un style qui a déjà convaincu une dizaine de points de vente dans le monde, à l’image de H.Lorenzo à Los Angeles, Smets à Bruxelles, la boutique Henrik Vibskov à Copenhague ou Vier à Anvers. 


Le duo Kwaidan Editions - François Goize

Léa Dickely et Hung La forment le duo Kwaidan Editions. Elle, d’origine alsacienne, est designer print et textile. Lui, Vietnamien-Américain originaire de Washington D.C, est ingénieur de formation et s'est converti à la mode en suivant les cours des écoles Parsons, Marangoni et de la Royal Academy of Fine Arts d’Anvers.

C’est là qu’il rencontre Léa Dickely. Chacun est amené à collaborer à quelques grands noms - chez Céline et Balenciaga époque Nicolas Ghesquière pour Hung La et du free-lance auprès de Rick Owens pour elle. Ils se retrouvent finalement pour lancer leur marque l’année dernière.

Référence au film fantastique Kwaidan, du réalisateur japonais Masaki Kobayashi, sorti en 1964, leur marque cultive un esprit sombre et cinématographique, leur troisième collection présentée à Paris cette année proposant un vestiaire féminin à l’ambiance sombre, un monde jouant des opposés et de la duplicité, avec de longs manteaux de fausse fourrure, des imitations de cuir, des impressions en python, du monochrome partout, alternant la palette des bleus, des rouges et des roses.

Après deux collections, Kwaidan Editions a déjà retenu l’attention de plusieurs multimarques pointus dans le monde, comme les enseignes Dover Street Market de Londres et New York et de The Broken Arm à Paris.


Le duo Eckhaus Latta - LVMH Prize

Autre couple candidat au Prix LVMH, le duo formé par Zoe Latta et Mike Eckhaus et leur marque Eckhaus Latta. Tout commence sur les bancs de la Rhode Island School of Design (Etats-Unis). Zoe étudie le design textile, Mike la sculpture.

Les deux partent se former dans différentes maisons. Lui aux accessoires chez Marc by Marc Jacobs, puis au sein du collectif Three as four, dirigé par l’artiste américain Matthew Barney, tandis qu'elle crée son entreprise de textile qui fabrique imprimés et tricots pour les maisons de mode (Proenza Schouler, Calvin Klein, Opening Ceremony…) et collabore auprès de l'Antonio Ratti Textile Center, le département du Metropolitan Museum of Art de New York, le plus fourni en études et archives de textiles. 

Revendiquant une place en dehors des schémas établis, le duo monte Eckhaus Latta, imagine des défilés au casting percutant et jouant la plus grande diversité, et multiplient des performances artistiques et audiovisuelles en collaborant avec les labels Nike, Camper et les plus grands musées d’art contemporain : le New Museum, MOMA PS1, la Biennale de Venise…

Remarquée à travers leur campagne printemps-été 2017 mettant en scène des corps floutés en train de faire l’amour, la marque Eckhaus Latta réussit à imposer son esprit et sa démarche décalée dans près de 25 points de vente dans le monde, de 10 Corso Como à Milan aux Galeries Lafayette à Paris, en passant par Dover Street Market à New York et Londres, ou Opening Ceremony à Tokyo et New York. 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - DiversCréation
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER