×
96
Fashion Jobs

Quid de la capitalisation boursière des multinationales de la beauté ?

Traduit par
Sonia BROYART
Publié le
today 11 févr. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Le groupe brésilien Natura, le géant japonais Shiseido et la filiale américaine d'Interparfums ont vu leurs titres bondir en Bourse en 2018. C'est ce qu'il ressort d'une étude menée par l'agence italienne Pambianco qui a passé au crible la capitalisation boursière de 20 multinationales du secteur de la beauté.


La tendance de la beauté en Bourse en 2018


Au total, cinq d'entre elles ont vu la valeur de leurs titres augmenter de plus de 10 % entre le 1er janvier et le 31 décembre derniers. La firme Interparfums USA, cotée à la Bourse de New York (le groupe français est également coté à la Bourse de Paris, ndlr), enregistre la progression la plus impressionnante avec une envolée de ses actions de 53,3%.

A la deuxième place trône le groupe sud-américain Natura, connu notamment pour avoir racheté The Body Shop à l'Oréal en septembre 2017, avec un bond de 40,7 % de son titre. Viennent ensuite le japonais Shiseido (+27,3 %), l'américain Revlon (+14,8 %) et le colosse français L’Oréal (+12,5 %), dont les ventes de juillet à fin septembre 2018 ont enregistré la progression trimestrielle la plus forte depuis dix ans, avec un chiffre d’affaires en croissance de 6,2 % à 6,47 milliards d’euros.

Sur la vingtaine de sociétés analysées, plus de la moitié ont cependant subi un recul de leur capitalisation boursière au cours de l'année 2018. Onze d'entre elles ont ainsi vu leurs titres perdre de la valeur, dont sept ont dévissé de plus de 30 % : Avon Products (-30,3 %), Amore Pacific (-33 %), Jacques Bogart (-37 %), Edgewell PC (-38,1 %), Sh Kelkar (-40,9 %), Alès Groupe (-69 %) et Coty (-65,7 %).

La chute de la capitalisation boursière du géant américain Coty s'explique en partie par ses résultats en baisse de 9,2 % au premier trimestre de son exercice 2018/19 à 2,03 milliards de dollars (2,04 milliards d’euros). Une importante réorganisation de son top management a récemment été menée afin de redresser la barre, à commencer par l'arrivée d'un nouveau PDG en novembre dernier.

Les résultats financiers des groupes susnommés n'expliquent cependant pas toujours leur volatilité en Bourse . « Les données relatives aux performances des actions liées aux entreprises du secteur beauté ne reflètent pas totalement les différentes stratégies, non seulement au niveau commercial, mais également en termes de positionnement et d’image », a ainsi relativisé David Pambianco, CEO de Pambianco Strategie d’Impresa.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com