×
96
Fashion Jobs

Raf Simons : "Aujourd'hui encore, le designer doit créer le désir"

Traduit par
Paul Kaplan
Publié le
today 25 nov. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Jeudi soir, c'était le point culminant des Fashion Talks 2019, dont la quatrième édition avait lieu dans l'enceinte de la vénérable Bourse d'Anvers : Raf Simons a pris la parole pour la première fois depuis son départ de Calvin Klein, fin 2018. Le sujet, épineux, n'a toutefois pas été abordé par Alexander Fury, le journaliste qui modérait l'entretien.


Raf Simons converse avec Alexander Fury pendant les Fashion Talks 2019 - Flanders DC


Mais les quelque 800 invités de l'événement ont pu assister à une conversation à bâtons rompus, qui a permis à Raf Simons d'exprimer une fois de plus ses critiques parfois tranchantes sur le secteur de la mode.

Bien entendu, Raf Simons est d'abord revenu sur ses débuts à Anvers dans les années 1990. À l'époque, raconte-t-il, c'est surtout Walter Van Beirendonck, également présent dans le public, qui l'a aidé à se lancer. En ce temps-là, l'écosystème de la mode anversoise était solidaire, les créateurs se soutenaient les uns les autres.

Quand Alexander Fury l'interroge sur le rôle du designer aujourd'hui, Raf Simons met le processus créatif au premier plan. "Aujourd'hui encore, un créateur doit créer le désir", souligne ainsi la star de la mode belge. Une vision reléguée au second plan pendant l'événement, derrière tous les questionnements sur le développement durable et les technologies portables à Anvers.


Raf Simons : "Aujourd'hui encore, le designer doit créer le désir" - Flanders DC


Raf Simons a également de nouveau évoqué ses difficultés avec le rythme qui prévaut dans l'industrie de la mode, marqué par un renouvellement toujours plus rapide des collections, entre pré-collections, collaborations et collections croisière.

"Quand j'étais chez Dior, la pression était vraiment forte", confie le designer. Selon lui, la curiosité de la presse alimentait cette tension permanente, réclamant des informations sur les collections des semaines avant le défilé, exigeant de voir le designer au travail pendant son processus de création.

En d'autres mots, sa vision de l'avenir du créateur de mode n'est donc pas particulièrement optimiste. Pour lui, les questions marketing et les impératifs de croissance ont pris le pas sur la couture et l'artisanat, condamnant les marques à une poursuite commerciale.

L'intervention du créateur, et sa conversation courte mais édifiante avec Alexander Fury, a déclenché des tonnerres d'applaudissements.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com