×

Réchauffement climatique : l’industrie de la mode s'engage auprès de l’ONU

Publié le
today 10 déc. 2018
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

A l’occasion de la COP24, pas moins de 43 grands groupes de la mode et du luxe ont signé le 10 décembre la Fashion Industry Charter for Climate Action. Un document par lequel ils s’engagent à lutter contre réchauffement climatique dans l’ensemble de la chaîne de production, via seize objectifs validés par l’ONG WWF. La finalité est la disparition de ces émissions à horizon 2050.


43 sociétés et organisations professionnelles compte parmi les premiers signataires de la charte - Unfccc.int


« La charte, qui est ouverte à toute autres sociétés et organisations qui souhaiteraient la traiter, reconnaît le rôle crucial que joue la mode des deux côtés de l’équation climatique », indique l’ONU, via sa branche UN Climate Change : « En tant que contributeur aux émissions de gaz à effet de serre et en tant que secteur recelant de multiples opportunités de réduire ces émissions tout en contribuant au développement durable ».

Les discussions initiales s’étaient mises en place sous l’égide des groupes H&M et Puma. Ils sont aujourd’hui rejoints par Adidas, Burberry, Esprit, Guess, Gap Inc., Hugo Boss et le groupe Inditex, ainsi que par Kering, Levi Strauss & Co, PVH Corp ou encore Target.

Côté organisations et consortiums professionnels, le document a reçu la signature de Business for Social Responsibility (BSR), China National Textile and Apparel Council (CNTAC), China Textile Information Center (CTIC), Global Fashion Agenda (GFA) et Global Organic Textile Standard (GOTS). Mais aussi de l’International Finance Corporation (IFC), Outdoor Industry Association (OIA), Sustainable Apparel Coalition (SAC), sans oublier la Sustainable Fashion Academy (SFA), Textile Exchange et ZDHC (Zero Discharge of Hazardous Chemicals Foundation).

Dans les faits, la signature symbolique du document initial doit donner lieu, à partir du début 2019, à des groupes de travail devant définir principes et actions de la charte. « Toutes les sociétés et organisations professionnelles engagées dans le secteur de la mode, quel que soit l’avancement de leur démarche environnementale, et prêtes à s’engager au sein de la charge peuvent participer à ce travail. »

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com