×
Publié le
2 févr. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Recyclage: l'Estia et le Ceti lancent une structure commune au Pays basque

Publié le
2 févr. 2022

L'école d'ingénieur Estia et le Ceti (centre européen des textiles innovants) officialisent le 2 février la création d'une structure commune, le Cetia. Avec pour premier clients Decathlon et le groupe Eram, l'organe se veut la première plateforme d'innovation dédiée au tri et démantèlement automatisé des textiles et chaussures. Et ceci au service des marques et collecteurs-trieurs.


Le futur équipement d’arrachage automatisé des semelles de chaussures du Cetia - Cetia



La structure de 1 000 mètres carrés est implantée à Bidart, dans le Pays basque, avec un budget initial de 1,5 million d'euros et le soutien de la région Nouvelle Aquitaine. Sa mission est de permettre d'alimenter la production de textiles incorporant des matières recyclées en boucle fermée. Le Cetia pointe qu'intégrer des fibres recyclées dans une pièce permet d'en réduire de 30% l'impact carbone. L'organisme entend donc attirer marques, fabricants et collecteurs-trieurs, afin les accompagner sur cinq points stratégiques du recyclage textile.

A commencer par l'identification, via intelligence artificielle, outils de traçabilité et passeport digital. Puis le tri automatisé, suivi par la caractérisation de matières et couleurs afin de classifier les gisements. Vient ensuite le démantèlement automatisé, pour séparer les composants des produits à recycler. Et enfin la préparation de nouvelles ressources selon les besoins d'acteurs de la filière.

Le projet est issu des travaux de recherche menés depuis quatre années par la Chaire Bali (Biarritz Active Lifestyle Industy). Depuis un an et demi, un travail a déjà été engagé dans le démantèlement des chaussures, afin de récupérer les semelles de sneakers, en partenariat avec Eram, Decathlon et deux marques de luxe. Une initiative qui va même plus loin en identifiant, via analyse d'images, le modèle à recycler fourni par la marque, et dont celle-ci connaît les éléments ré-exploitables.

Mais les ambitions du Cetia ne se limitent pas à la chaussure, et vont s'aventurer sur le recyclage des vêtements eux-mêmes. "Dans le cadre du projet européen Scirt (System Circularity and Innovative Recycling of Textiles"), nous allons travailler à identifier via caméras les éléments d'un vêtement à ôter avant recyclage, comme les logos, boutons, zip, stickers…", explique à FashionNetwork.com la directrice du Cetia, Chloé Salmon-Legagneur. "Cela va permettre d'accélérer la phase découpe de ces éléments perturbateurs".

Massifier le tri des matières et couleurs



Comme l'avait précédemment pointé FashionNetwork.com, un autre frein du recyclage est le tri des matières, qu'il va falloir massifier par l'automatisation pour rendre la filière circulaire. Le tri automatisé par spectrographie a ainsi déjà attiré les investissements d'entreprises comme le suédois Siptex, le belge Valvan Baling, ou l'allemand Soex. "Nous avons lancé un appel d'offre pour acquérir une machine capable d'analyser composition, couleur et matière", nous indique Chloé Salmon Legagneur, qui pointe par ailleurs qu'il va falloir falloir automatiser la disposition correcte des pièces à scanner.


Le Cetia se penchera sur les stocks apportés par marques et organismes de collecte - Shutterstock



A l'instar du Ceti, le Cetia est un centre de transfert de technologies, et entend agir comme preuve de concept à destination de l'ensemble de la filière. Les matériaux seront apportés par des marques ou collecteurs-trieurs, qui dirigeront ensemble les matériaux obtenus vers des professionnels du recyclage. "Nous travaillerons avec des cahiers des charges, en fonction des demandes et besoins des marques et collecteurs, et aux besoins techniques des recycleurs", indique la directrice du Cetia qui témoigne d'un impact du recyclage sur la marque. "Elle se pose maintenant la question du recyclage dès la conception, pour faciliter le futur démantèlement du produit. Elles comprennent que les séparations des éléments est un vrai enjeu".

Ce lancement officiel du Cetia illustre une nouvelle fois l'effervescence récente autour des outils français de recyclage du textile. Le Ceti s'était déjà illustré dès l'automne 2019 en dévoilant le premier "recycleur-filateur" européen de coton. Un prototype d'envergure effilochant des tissus en coton, et y ajoutant du coton vierge, pour en tirer directement de nouveaux fils. Plus récemment, les groupes Eastman et Loop Industries annonçaient deux projets massifs de recyclage des plastiques et polyester en France, avec notamment pour but de produire de nouveaux fils.
 
Financé par la filière pour gérer la fin de vie des produits textiles mis en marché, ReFashion lançait pour sa part en juillet dernier une nouvelle plateforme de mise en relation entre acteurs du recyclage textile. Selon l'organisme, sur les 648.000 tonnes de TLC (textile, linge et chaussures) mises chaque année sur le marché en France, seulement 38,1% sont à ce jour collectées (+3,3% entre 2018 et 2019). Quelque 65% sont triées en France via 63 centres conventionnés. Sur l’ensemble, 57,8% des pièces sont réutilisées, tandis que 33,5% sont transformées en chiffons, ou effilochées pour être transformer en fils.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com