×
Publié le
18 nov. 2020
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Repetto s'oriente vers un plan de sauvegarde de l'emploi

Publié le
18 nov. 2020

Belle marque française, s'appuyant sur un outil de production dans le sud-ouest de la France, Repetto préparerait un plan de sauvegarde de l'emploi, impliquant la suppression de 51 postes. C'est ce qu'annonce ce 18 novembre les représentants du syndicat CFDT de l'entreprise qui dénoncent, après "un bras de fer de plusieurs semaines avec la direction", "un PSE au rabais" et précisent espérer que le dossier sera retoqué par la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi (Direccte).


Repetto



En mars dernier, alors que le premier confinement se mettait en place, Jean-Marc Gaucher, président de Repetto expliquait à FashionNetwork.com naviguer dans la tempête mais soulignait "à l'heure qu'il est, la baisse d'activité n'est pas un péril car les banques sont à notre écoute. Elles nous suivent. Mais naturellement, si la crise dure six mois, je ne peux pas prédire l'avenir".

Plus d'un semestre plus tard, la marque française aurait donc demandé le feu vert de la Direccte pour appliquer des décisions radicales. L'activité de la marque s'appuie sur deux structures: Repetto pour les fonctions support et la production compte 140 salariés entre son usine de Saint-Médard d'Excideuil qui a produit jusqu'à 300.000 paires de chaussures par an, en Dordogne, et son siège parisien. Le volet commercial de ses boutiques mais aussi de ses corners et de son activité sur le net est lui géré par l'entité Repetto Retail et emploie 100 salariés. Selon la CFDT, le PSE soumis par la direction table sur la suppression de 35 postes dans la société Repetto et 16 au sein de Repetto Retail. Soit plus d'un poste sur cinq.

Contactée mercredi soir, la direction de Repetto n'a pour l'heure pas encore répondu à notre sollicitation.

Les représentants syndicaux de la CFDT critiquent dans un communiqué les dispositions annoncées dans ce PSE qu'ils, expliquent-ils, n'ont pas souhaité signer. "L’usine qui emploie 140 salariés se situe dans un bassin d’emplois très réduit, les personnes auront beaucoup de difficultés à retrouver un emploi à proximité de leur domicile, précise dans ce communiqué Michel Matusiak, secrétaire général du syndicat des Services de la Dordogne. Et le projet consiste essentiellement à préserver un outil de production par rapport à la demande mais on déplore qu’il n’y ait pas de plan de relance quand on voit la suppression de la plupart des postes de création, marketing". Angélique Seignouret, élue CFDT au comité social et économique de l'entreprise avertit pour sa part que "des métiers vont disparaître comme celui d’assistant de back office, de chargé de la promotion danse ou encore de responsable studio création. Même si la société annonce favoriser le reclassement en interne, les possibilités seront limitées".

Repetto compte une vingtaine de boutiques en France, dont deux outlet, et une présence dans plus d'une centaine de points de vente, dont les grands magasins Printemps et Galeries Lafayette. En 2019, la marque, malmenée par le mouvement des Gilets jaunes, avait décidé de quitter son emplacement sur les Champs-Elysées ouvert en 2017. Repetto réalise aussi une belle partie de son activité à l'export, avec des boutiques et des corners en grands magasins, notamment en Asie. Une présence à l'international qui pourrait permettre de sécuriser l'activité de la société fondée en 1947.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com