Roberto Cavalli : 120 jours supplémentaires pour présenter un plan de redressement

Le délicat feuilleton de la revente de Roberto Cavalli se poursuit. La demande de placement sous concordat formulée par la maison florentine a été acceptée. Le tribunal de commerce de Milan a ainsi accordé un répit à la marque italienne de mode Roberto Cavalli en lui donnant 120 jours pour présenter un plan de redressement - avec d'éventuels nouveaux actionnaires - et en la protégeant ainsi de ses créanciers durant cette période, a appris Reuters lundi de deux sources proches du dossier.


Voir le défilé
Roberto Cavalli - automne-hiver 2019 - Womenswear - Milan - © PixelFormula

Le fonds de capital investissement Clessidra essaie depuis des mois de vendre sa participation de 90 % dans Cavalli, qui a accumulé les pertes ces dernières années, dans un contexte de ralentissement du marché du luxe, adjoint à la perte d’attractivité des produits vendus et aux problématiques générées par le passage de générations à la suite du retrait du fondateur éponyme en 2015, soulignait le document de demande de placement sous concordat.

Le groupe toscan a sollicité le 29 mars dernier cette procédure de poursuite d’activité sous protection de la justice, le temps de trouver un nouveau partenaire financier. Les syndicats craignent que le dispositif vise à alléger les effectifs et la structure florentine afin de faciliter sa revente. De premières décisions ont déjà été prises avec l'arrêt immédiat des activités sur certains marchés comme les Etats-Unis.

Trois investisseurs, dont le groupe OTB de l’Italien Renzo Rosso, Bluestar Alliance et Philipp Plein, réfléchissent à une offre sur la marque de luxe.

Il n’a pas été possible de joindre Roberto Cavalli dans l’immédiat.


Avec Reuters

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - Prêt-à-porterLuxe - AccessoiresLuxe - ChaussuresLuxe - DiversBusiness
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER