Roberto Cavalli : le bestiaire abstrait de Paul Surridge

Le défilé Roberto Cavalli, présenté mercredi soir à Florence, avait de faux airs d'arche de Noé tant les imprimés animaliers étaient nombreux sur la première collection masculine dessinée par le directeur artistique de la maison italienne depuis 2017, Paul Surridge.


Voir le défilé
Roberto Cavalli - Spring-Summer2019 - Menswear - Florence - © PixelFormula

Cette première proposition était à la fois mesurée et contemporaine. Par le passé, ses modèles de prêt-à-porter masculin étaient présentés dans le cadre de défilés mixtes, pendant la Fashion Week milanaise. Mis en scène à l'intérieur du Certosa di Firenze, un monastère sublime perché sur les hauteurs de la ville, le défilé marquait aussi le retour aux sources de la marque italienne - Roberto Cavalli étant lui-même originaire de Toscane.

« Je voulais que le défilé parle d'immédiateté. En 2020, on fêtera les cinquante ans de la maison. Ce soir, j'ai donc montré une collection conçue pour 2018, pas pour 2004 ou 1989 », explique Paul Surridge.
 
Trois thèmes principaux étaient filés tout au long du défilé : qualité artisanale - combinée à une forme de flamboyance contemporaine ; motifs animaliers ; et imprimés percutants. « Roberto Cavalli est une maison d'imprimés par excellence. Monsieur Cavalli a mis au point de nombreuses techniques d'impression et je voulais lui rendre hommage. Cavalli sera toujours une marque rock'n'roll, même si pour moi, c'est plus une question d'attitude que de style », avance le créateur britannique.

Si l'un des invités du premier rang l'a bien compris, c'est sans doute Gabriel-Kane Day-Lewis, le fils de Daniel Day-Lewis et d'Isabelle Adjani, fort bien mis dans sa chemise en soie gris perle Cavalli, ornée d'un motif crocodile.
 
Pourtant, le défilé s'est ouvert sur des vêtements d'un blanc immaculé, peu à peu mêlés à des motifs animaliers, puis à des couleurs fortes et abstraites. Au bout du compte, le défilé égrenait une garde-robe masculine complète : denim, pantalons, blazers, blousons de cuir, vestes, trench-coats et plusieurs merveilleux « spolverini » - en VF, de longs pardessus.
 
Paul Surridge s'est attelé à revisiter les modèles iconiques de la maison : blousons en viscose ultra-fluide, vestes américaines en python blanc, tenues de fêtards, de frimeurs, sans oublier ces incroyables vestes blanches, brodées au point de croix, couvertes de porte-bonheurs et du nouveau logo RC. Des trench-coats surpiqués, avec des motifs animaux contrastés - à l'intérieur, à l'extérieur, flous... Plusieurs costumes étaient coupés dans un imprimé à mi-chemin entre le zèbre et le carreau vichy.
 
Tout ceci sur un fond musical qui associait deux musiciennes a priori très différentes : Björk et Missy Eliott - une artiste intellectuelle et une rappeuse, dans le cadre serein du cloître d'un monastère. La collection était portée par un casting de mannequins ​venus des quatre coins du monde, vision élargie proposée dans une ambiance mélancolique, surplombant la capitale de la Renaissance.

Le PDG de Cavalli, Gian Giacomo Ferrari, a récemment signé un partenariat pour produire des sneakers : résultat, des chaussures aux lignes aérodynamiques, des baskets montantes en python, avec des semelles ultra-techniques reprenant le motif serpent.

Pour détendre l'atmosphère plutôt sophistiquée, Paul Surridge a également fait défiler des pièces en denim à l'allure sportswear, des jeans retroussés imprimés et des blousons en nylon très réussis, imprimés d'un motif très 1970, parsemé de montres Casio.

« Le vrai sens du luxe, c'est le temps », souffle Paul Surridge, dont l'objectif ultime est de créer « des vêtements solides, très portables ». « Aujourd'hui, les clients des principaux sites d'e-commerce ont souvent 27 ans ou moins : il faut répondre à leur goût, à l'air du temps », a-t-il conclu.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterLuxe - Prêt-à-porterLuxe - ChaussuresHorlogerieLuxe - DiversDéfilés
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER