×
118
Fashion Jobs

Saint Laurent : une Betty Catroux nouvelle génération

Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
today 27 févr. 2019
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Anthony Vaccarello nous a ramenés une nouvelle fois sur l’esplanade de la rive de la Seine qui fait face à la Tour Eiffel et dans le passé pour sa vision de l’avenir de Saint Laurent.


Saint Laurent - Prêt-à-porter féminin - Automne-hiver 2019-20- Paris - Photo: GoRunway

 
Anthony Vaccarello a remixé beaucoup des looks les plus remarqués de Monsieur Saint Laurent : des smokings pour dames aux broderies ethniques exotiques, en passant par les manteaux de fourrure pour homme. Tout en exagérant les proportions et la silhouette jusqu’à en faire la plus longue de Paris.

Le couturier belge a construit un nouveau décor mastoc, déboursant plusieurs millions d’euros pour une boîte géante, dont une face était un mur réfléchissant massif. Une fois la bande-son du défilé lancée, cette paroi est devenue transparente, truffée de minces colonnes d’ampoules lumineuses, programmées sur ordinateur pour donner l’illusion d’une forêt illuminée.

Contrairement à Milan, où presque toutes les collections comprenaient des vêtements pro et de carriériste classe, les créateurs de Paris semblent ne se consacrer qu’à habiller les filles pour prendre du bon temps. Difficile d’imaginer une femme (ou un homme) aller au bureau dans une de ces pièces Saint Laurent, sauf peut-être pour signer un contrat pour un nouveau disque.

Elles étaient bien plus adaptées pour assister à un défilé de mode avec des VIP, des célébrités et un acteur ou deux. Le premier rang incluait cette fois Lindsay Lohan, toujours en disgrâce à Paris dix ans après sa débâcle comme « créatrice » pour la maison Ungaro, Kate Moss, accompagnée par George Cortina, le fameux styliste américain, et même quelques authentiques comédiens. Tels que Matt Dillon, par exemple, très à l’aise en caban Saint Laurent, et Salma Hayek, avec son mari et propriétaire d’YSL, François-Henri Pinault.


Saint Laurent - Womenswear - automne-hiver 2019-20 - Paris - Photo: GoRunway

 
En tout cas, sur un remix pêchu d’electronica Zeta asséné par des enceintes géantes, les premiers mannequins ont fait leur apparition en micro-robes du soir portées sur des compensées à talon pointus de 12 centimètres, avec des manteaux à épaulettes. Puis un duo de tailleurs à la coupe idéale, dont l’un en blanc atteignait la perfection. Anthony a toujours été un sacrément bon tailleur.

Beaucoup de tops transparents – chose à laquelle Yves n’était pas opposé – avec des vestes aux coupes longues, en alligator à épaulettes. Mais pas la moindre idée de ce qui a pu pousser son successeur actuel à habiller près d’une dizaine de filles de shorts médiévaux à paillettes… cela ne faisait que donner une allure émaciée à leurs jambes maigres.

Au bout d’un tiers du défilé, le créateur a vraiment pris son rythme de croisière avec des blousons de rock star en velours brodé et quelques robes du soir sensationnelles avec des nœuds d’un mètre qui jaillissaient des épaules à angle droit. Des images parfaites pour les magazines.
 

Saint Laurent - Prêt-à-porter féminin - Automne-hiver 2019-20 - Paris - Photo: GoRunway


Des cheveux blonds lustrés, des lunettes noires et les mains dans les poches : toutes les tops se comportaient et défilaient à la manière de petites filles de Betty Catroux, telles qu’on pourrait les imaginer. Mais le final, en revanche, était complètement anarchique : plus d’une vingtaine de modèles évoluant dans une obscurité presque complète derrière le mur réfléchissant, tandis que les lumières dessinaient des vagues. Tout cela ressemblait à un jeu Nintendo géant cassé et les mannequins à des impulsions électriques égarées. Pour être tout à fait franc, c’était là le choix de direction le plus étrange de mémoire d’homme, depuis que Caligula avait nommé son cheval consul.

Au milieu de toute cette obscurité, Anthony Vaccarello est venu brièvement défiler et saluer sous les applaudissements les plus discrets qu’on ait connu lors d'un défilé Saint Laurent en plus de trente ans.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com