Scandale à la Fifa : Nike serait concerné par le volet brésilien de l'enquête

Lorsqu’on parle de football, difficile de ne pas penser aux deux géants mondiaux du sport. Pour être les marques numéro 1 dans le sport le plus populaire de la planète, Nike et Adidas sont en perpétuel affrontement marketing et commercial.
La ministre américaine de la justice Loretta Lynch qui a révélé l'affaire - Don Emmert AFP

Alors, lorsqu’un scandale explose à la Fédération internationale de football, les deux griffes tremblent pour leur image. Car si les délégués des 209 pays membres de la Fifa se sont réunis à Zurich, presque comme si de rien n’était ce vendredi pour réélire Sepp Blatter président, l’organisation est en pleine tempête. Plusieurs de ses haut dirigeants ont été interpellés par la police suisse mercredi. Suite à une enquête menée par le Bureau fédéral d’investigation américain, ils sont soupçonnés de corruption.

En cause, les pratiques d’attribution des Coupes du monde… et les nombreux pots-de-vin qui y seraient associés. Les Américains, qui avaient vu leur candidature rejetée à l’organisation de la Coupe du monde 2022 au profit du Qatar, ont ciblé les méthodes en cours en Amérique.

Face à ces accusations, les sponsors et partenaires ont pris leur distance. L’ONU, Coca-Cola, McDonald's, mais aussi Adidas et Nike ont demandé des éclaircissements. « Adidas est pleinement engagé dans la création d'une culture qui favorise les normes les plus élevées d'éthique et de conformité, et nous attendons la même chose de nos partenaires, précise dans un communiqué le groupe allemand. Nous ne pouvons qu'encourager la Fifa à continuer d'établir et de respecter des normes de conformité et de transparence dans tout ce qu'ils font ». Adidas est partenaire de la Fifa depuis 1950.

Nike ciblé mais pas nommé

Nike, qui n’est pas sponsor officiel, a lui indiqué qu’il « croit à l'éthique et au fair-play dans les affaires comme dans le sport, et s'oppose vigoureusement à toute forme de manipulation ou de corruption. Nous coopérons et nous continuerons de coopérer avec les autorités ».

L'attribution du contrat de sponsoring maillot du Brésil ciblé par la justice américaine - Nike

Sauf que Nike semble directement exposé sans être nommé. Car dans le document de 164 pages remis à la justice américaine, trois feuillets concernent « un groupe multinational du sportswear basé aux Etats-Unis » qui, selon le document, aurait versé un pot-de-vin de 40 millions de dollars à un intermédiaire afin de décrocher le contrat de sponsoring de la Confédération brésilienne de football. L’accord de 160 millions de dollars courait alors sur 10 ans. Les dates correspondent et les profils laissent peu de doute sur l’identité de ce groupe. Les relations complexes entre le Swoosh et le football brésilien avaient été pointées du doigt au Brésil en 1999.

La justice américaine ciblant les agissements des membres de la Fifa et leurs intermédiaires, le géant américain ne semble pas exposé juridiquement. Mais ses équipes doivent peu goûter la publicité négative d’un scandale de corruption. Une opportunité pour ses challengers ?

Nike et Adidas ont tout deux engrangé plus de deux milliards d'euros de chiffre d'affaires avec le football l'an dernier, année de la Coupe du monde au Brésil. Selon le NPD Group, le marché global en 2014 serait de 12,5 milliards d'euros. Tous les acteurs du secteur ont donc besoin de redorer l'image écornée du sport roi.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

SportNominations
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER