×
Publicités
Publié le
1 févr. 2021
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Soldes d’hiver: des enseignes suggèrent une prolongation de quinze jours

Publié le
1 févr. 2021

Soutenu par plusieurs acteurs de la profession, Marcel Nakam, le directeur général de l’enseigne de souliers Jonak, lance un appel dans le but d’allonger la durée des soldes d’hiver de deux semaines. Afin que cette période de rabais se termine le 2 mars, et non le 16 février. Cette suggestion reviendrait à porter -de façon exceptionnelle- la période des soldes à six semaines, alors que son passage à quatre semaines avait été concrétisé il y a un an, en janvier 2020.


Ultime démarque pour les soldes d'hiver ? - Shutterstock


Il faut aussi rappeler qu'en ce début d'année, le coup d’envoi des promotions a été reporté de quinze jours en raison du contexte sanitaire, et donc fixé au 20 janvier dernier. Un décalage qui a en partie pesé sur l’activité de janvier, les ventes du commerce spécialisé affichant un repli de 12% le mois dernier, et même de 25% en ce qui concerne l’équipement de la personne (selon Procos).

Suite à l’annonce de la fermeture des grands centres commerciaux, et alors que le couvre-feu est toujours en vigueur, l’allongement "permettrait de compenser en partie le décalage des soldes, qui a été pénalisant pour les marques en janvier, en aidant les magasins ouverts durant le mois de février à générer de l’activité. Et s’ils sont amenés à fermer en cas de confinement, cela soutiendra les sites Internet des enseignes", estime Marcel Nakam, citant en exemple la décision prise il y a quelques jours en Belgique. Dans ce pays, les soldes devaient se terminer fin janvier, quinze jours supplémentaires ont finalement été octroyés pour vendre des articles remisés.

Un débat à mener



Plusieurs patrons et cadres de marques de mode ont écrit leur adhésion à la proposition du dirigeant de Jonak, mise en exergue sur le réseau professionnel LinkedIn. Interrogé sur la question, le ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire s’est déclaré en faveur de l’ouverture d’un débat sur cette éventuelle prolongation.

Car l’idée divisera sans doute les commerçants. Certains d’entre eux, notamment les indépendants, seraient peut-être moins favorables à cet allongement, préférant installer sereinement leur nouvelle collection, sans qu’elle voisine des articles encore discountés.

Pour Emmanuel Le Roch, délégué général de Procos, une discussion est nécessaire à ce stade: "Il n'y a pas de consensus. Samedi, les enseignes cherchaient encore à savoir quels magasins elles devaient fermer ou pas. Je ne connais pas encore les positions de nos adhérents. Certains acteurs situés en centre-ville se disent certainement qu’ils auront une chance de récupérer le flux des centres commerciaux fermés. Mais il faut bien peser le pour et le contre: Il n'est pas certain qu'allonger la période de soldes apporte plus de trafic."

Du côté de l'Alliance du Commerce, on précise qu'aucune position n'est encore arrêtée, les consultations se poursuivant sur le sujet.

Le point crucial de la gestion des invendus 



Alors que les niveaux de stocks sont importants chez de nombreux acteurs, prolonger les soldes de deux semaines pourrait peut-être leur permettre de mieux les écouler. Mais cela retarderait aussi la mise en place des nouvelles collections. "En temps normal, nous mettons en permanence la nouveauté en avant chez Jonak. Or cette année, les consommateurs n’ont pas forcément la tête à l’achat de produits de la nouvelle saison", observe Marcel Nakam.

Sur ce sujet, Emmanuel Le Roch livre que l’impact de la période sur les stocks est difficile à évaluer. "Le niveau est bien sûr élevé, mais certaines enseignes avaient passé des commandes très prudentes. D'autres ont un réseau peu marqué par les fermetures et pourraient donc ne pas être trop concernées". Procos s’interroge et recherche "les meilleurs dispositifs pour ces stocks résiduels. Concrètement, ces produits vont prendre de la place dans les entrepôts, ce qui représente un surcoût. Mais cela veut dire aussi que, s’ils ne sont pas vendus, il y aura moins de cash de généré, et des problèmes de trésorerie".  

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com