Succéder à un nom, un cas courant

Les Gabrielle Chanel, Christian Dior, Jeanne Lanvin ou Guy Laroche sont décédés depuis longtemps. Les Kenzo, Scherrer ou Saint Laurent ont vendu leur maison. Pour tous, la direction artistique a changé de main, à l'instar de Paco Rabanne et Emanuel Ungaro cette saison. Karl Lagerfeld est le cas le plus emblématique d'une succession réussie: il incarne depuis plus de vingt ans l'esprit Chanel avec un succès non démenti et une aisance que beaucoup peuvent lui envier. Autre succès, celui de John Galliano, arrivé en 1996 chez Dior. Le nom du créateur britannique est associé étroitement à la griffe. Adulé ou détesté, il a fait décoller les ventes de la maison. 2005 est l'année du renouvellement de son contrat. Deux autres directeurs artistiques ont eu la tâche difficile en raison du "poids" du fondateur de la marque comme chez Yves Saint Laurent où Stefano Pilati, en charge depuis un an, doit assumer le double héritage du maître, toujours vivant, et celui de Tom Ford, son prédécesseur et ancien patron à la personnalité tout aussi écrasante, dans un autre styleStéphane Rolland chez Scherrer perpétue depuis 1997 l'esprit d'une griffe qui se veut un pont entre l'Occident et l'Orient. De belles rencontres ont eu lieu entre une maison en panne et un directeur artistique comme Nicolas Ghesquière chez Balenciaga (arrivé en 1995) ou encore Alber Elbaz chez Lanvin (arrivé en octobre 2001) réussissant à replacer les griffes sur le devant de la scène.
Collection Riccardo Tisci prêt-à-porter 2005
Plus récemment, Antonio Marras a pris la suite chez Kenzo, après d'autres créateurs, tout comme Lars Nilsson chez Nina Ricci et Olivier Theyskens chez Rochas. Il y a aussi des maisons en quête de stabilité comme Guy Laroche qui espère avec Hervé L. Leroux, dont il s'agira de la deuxième collection, de clore la valse des créateurs opérée ces dernières années. Chez Givenchy, la direction a choisi de prendre son temps pour trouver la perle rare qui redonnera tout son lustre à une griffe française mythique par laquelle sont passés depuis le départ du couturier fondateur en 1995, John Galliano, Alexander McQueen et Julien Macdonald. Cela fait un an que la maison n'a pas défilé pour les collections Femme, laissant la création aux mains du studio interne. Mais le suspens s'est enfin arrêté : Givenchy a annoncé lundi dans un communiqué la nomination d'un jeune Italien inconnu du grand public, Riccardo Tisci, à la direction artistique des collections femme. Il présentera sa première collection pour Givenchy en juillet pendant la haute couture. Pour en savoir plus :L'Italien Riccardo Tisci devient le nouveau créateur des collections Femme de Givenchy

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - DiversIndustrie
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER