Swarovski ouvre les portes de son nouveau temple créatif autrichien

Une fois n'est pas coutume. Ce 24 octobre, Swarovski a ouvert les portes de son siège en Autriche aux curieux. Le plus important fournisseur de strass pour l'industrie de la mode a la réputation de garder jalousement ses secrets de fabrication. À la façon des Vénitiens de la Renaissance, qui refusaient à tout artisan le droit de quitter la Sérénissime, sous peine de mort, au cas où il trahirait le secret de la fabrication des miroirs, monopole de la ville. En près d'un siècle et demi, Swarovski n'a pratiquement jamais laissé entrer de journalistes dans sa célèbre usine de fabrication alpine, à Wattens.


Photo : FashionNetwork.com / Godfrey Deeny - Photo: FashionNetwork.com/ Godfrey Deeny

Comme les choses ont changé... Par ce mercredi après-midi pluvieux, Markus Langes-Swarovski et Nadja Swarovski ont accueilli plusieurs dizaines de journalistes dans leur tout nouveau studio de design, Manufaktur, et dans les espaces d'exposition attenants, mettant à l'honneur des vêtements, parures et accessoires iconiques. De la magnifique robe "jeu d'échec" Alexander McQueen de 1999, ornée de cristaux vieil or éblouissants, jusqu'à cette robe Gianni Versace à ourlets perlés en passant par cette robe Giorgio Armani tout droit sortie de Gatsby le Magnifique, dentelée de losanges en strass, et cette superbe tunique rétro-futuriste, en acier inoxydable et cotte de maille ambrée, qu'on doit à Paco Rabanne.  

« Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de notre fondateur Daniel Swarovski. Il aurait eu 156 ans. Il a toujours cru au changement et à l'innovation, et c'est pourquoi nous sommes tous ici aujourd'hui », a déclaré son arrière-arrière-petit-fils Markus Langes-Swarovski au cours d'un discours prononcé dans le foyer de la manufacture Swarovski.

Daniel, un tailleur de verre né en 1862, a breveté une machine à couper le verre avant de fonder son entreprise de cristallerie à Wattens, en utilisant l'hydroélectricité locale. Aujourd'hui, ses différents départements emploient quelque 27 000 personnes dans le monde, et réalisent un chiffre d'affaires annuel légèrement inférieur à 3 milliards d'euros.


Photo : FashionNetwork.com / Godfrey Deeny - Photo: FashionNetwork.com/ Godfrey Deeny
 
L'événement a également servi d'occasion pour dévoiler plusieurs nouveaux collaborateurs recrutés par l'entreprise autrichienne. Notamment Giovanna Battaglia Engelbert, la célèbre styliste et influenceuse italienne, nommée directrice créative de Swarovski Professional, qui s'occupe des relations avec les grandes maisons et marques de mode. Celle-ci a mis en scène plusieurs espaces de présentation, dont une spectaculaire série d'étagères torsadées, chargées de modèles contemporains, en cristal évidemment : boutons de manchettes, minuscules coussins à épingles, insectes en strass et sneakers montantes perlées.
 
Sans oublier des modèles récents dessinés par des créateurs reconnus, comme ce rouge à lèvres démesuré, entièrement orné de cristaux - en réalité une pochette étonnante, conçue par Judith Leiber.

« Les archives de Swarovski sont fascinantes, tout comme les partenariats fantastiques développés au fil des ans avec les marques, venues jusqu'ici pour donner corps à leurs idées. C'est ce que je voulais capturer. J'ai fait l'aller-retour de Wattens à New York toute l'année - un peu moins ces derniers temps », explique Giovanna Battaglia Engelbert en désignant son ventre qui s'arrondit. L'Italienne attend son premier enfant pour janvier 2019.


Photo : FashionNetwork.com / Godfrey Deeny - Photo: FashionNetwork.com/ Godfrey Deeny
 
Un cabinet de curiosités créé par l'artiste et scénographe britannique Simon Costin, sorte de pot-pourri d'idées géniales, souvent liées au cinéma, était également ouvert aux visiteurs. Du plastron gothique porté par Nicole Kidman dans Moulin Rouge, à la fantastique robe blanche en diamants rendue célèbre par Shirley Bassey, dans laquelle elle chantait Diamonds Are Forever, la bande originale du James Bond cru 1971.

Témoignane de l'histoire familiale de l'entreprise, le mur d'entrée est recouvert des copies en verre des mains droites des 25 membres de la tribu Swarovski qui se sont succédé à la tête de l'entreprise.

Lors de cette visite, Markus Langes-Swarovski a aussi présenté une nouvelle partenaire créative, Julia Körner, une architecte autrichienne experte en impression 3D qui a travaillé avec Iris Van Herpen, et collaboré avec la costumière Ruth E. Carter sur la couronne et la majestueuse pièce à col portées dans le film Black Panther par la reine Ramonda, interprétée par Angela Bassett.


Photo : FashionNetwork.com / Godfrey Deeny - Photo: FashionNetwork.com/ Godfrey Deeny
 
« Notre but est de sortir des sentiers battus. C'est justement ce que fait Swarovski en s'aventurant dans l'impression 3D », souligne Julia Körner, citant le fondateur Daniel : « Le développement ne s'arrête jamais. Les innovations dans un domaine mènent inévitablement à des innovations dans d'autres ». Rien n'est plus vrai. D'ailleurs, en prononçant ces mots, l'architecte se tenait à 20 mètres du dernier modèle de BMW Série 8, dont le levier de vitesses et la console sont entièrement incrustés de cristaux Swarovski.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2018 FashionNetwork.com

Mode - AccessoiresLuxe - Prêt-à-porterLuxe - AccessoiresJoaillerieIndustrieCréation
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER