×
Par
AFP
Publié le
28 nov. 2006
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Tassement dans l'UE et aux USA des importations de textile chinois

Par
AFP
Publié le
28 nov. 2006

PARIS, 28 nov 2006 (AFP) - Les importations européennes et américaines de textile en provenance de Chine se sont tassées cette année après une explosion en 2005 à la suite du démantèlement des quotas, les professionnels s'approvisionnant désormais ailleurs pour ne plus dépendre d'un seul pays.


Ouvrières dans une usine de confection à Hanoi
Photo : Hoang Dinh Nam/AFP

L'Union européenne (UE) va importer pour 16,78 milliards d'euros de textile en provenance de Chine cette année, en hausse de 1 % sur un an et les Etats-Unis pour 16,2 milliards de dollars (+ 8 %), a annoncé l'Institut français de la mode (IFM) mardi.

L'année dernière, les importations de textile en provenance de Chine avaient grimpé de 47 % en Europe et de plus de 50 % aux Etats-Unis, en raison de la levée des quotas mondiaux qui avait d'ailleurs contribué à faire baisser les prix.

La vague chinoise aurait pu être plus grande, mais sous la pression des fabricants européens, l'UE avait réintroduit mi-2005 des quotas sur 10 catégories de produits venant de Chine (pantalons, chemisiers, tee-shirts...). Les Etats-Unis avaient suivi en novembre, en introduisant une limitation sur 34 catégories.

"Cette réintroduction des quotas a permis d'endiguer le flux, ce qui explique le tassement des importations en 2006", a indiqué Gildas Minvielle, responsable de l'observatoire économique de l'IFM.

"La Chine a toutefois utilisé des chemins détournés comme Hong-Kong, dont les exportations vers l'UE ont grimpé de 232 % cette année (à 5,6 milliards), alors qu'elles avaient baissé de 13 % l'année dernière", a-t-il ajouté.

Les réintroductions de quotas décidées en Europe et aux Etats-Unis ont toutefois pris de court les distributeurs et autres chaînes textile qui avaient passé des commandes en Chine, et s'étaient du coup retrouvés avec des stocks.

Pour éviter d'être confrontés à nouveau à ce problème, les fournisseurs ont décidé de se redéployer en s'approvisionnant davantage dans des pays comme le Bangladesh, l'Inde, le Vietnam, l'Indonésie, la Turquie et le Maroc.

Ces pays permettent aussi de s'approvisionnner dans des délais très courts. Les chaînes comme Mango ou Zara -qui justement se fournissent en partie au Maroc-, ont en effet donné le ton à leurs concurrentes ces dernières années en renouvelant les collections toutes les deux semaines.

Mais même si la part de ses exportations stagne aux Etats-Unis (24 %) et baisse en Europe (28 % en 2006 contre 31 % en 2005), la Chine reste de loin le premier fournisseur mondial en produits textile.

La prépondérance de la Chine dans le secteur n'est pas récente, en particulier en Europe.

La modification du panorama textile a démarré au début des années 1990 avec la montée en puissance des hypermarchés et supermarchés alimentaires, qui ont progressivement grappillé des parts de marché aux enseignes spécialisées d'habillement en vendant des vêtements bon marché achetés par leurs puissantes centrales d'achat en Asie.

Cette année en France, le plus grand nombre de consommateurs s'habillait dans les hypermarchés Carrefour, Auchan et Leclerc, selon l'IFM. Les hypermarchés sont d'ailleurs parmi les plus agressifs du secteur en matière de prix, derrière les marchés et foires. Ils ont ainsi baissé leurs prix de 6,9 % en 2006, bien plus que la moyenne tous circuits de distribution confondus (-4,5 %).

Les hypermarchés sont aussi parmi les plus actifs en matière de soldes en France, puisque 32 % de leur chiffre d'affaires étaient réalisés pendant ces périodes.

Par Bertille OSSEY-WOISARD

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.