×
180
Fashion Jobs
Publié le
4 juil. 2022
Temps de lecture
4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Texworld Evolution lance sa première édition de juillet

Publié le
4 juil. 2022

Le salon Texworld Evolution s’est ouvert le 4 juillet au Parc des Expositions du Bourget. Ce n'est pas encore un retour à la normale, pour le rendez-vous international, mais une taille doublée par rapport à l’édition de février dernier. Avec, à la mi-journée, un visitorat également doublé pour cette première édition à se tenir en juillet plutôt que septembre.


L'espace showroom Source in China - MG/FNW



Salon à offre d’ordinaire fortement chinoise, Texworld Evolution s’est ouvert avec une nouvelle attendue : une réduction des quarantaines imposées aux voyageurs en Chine. Quarantaines qui privaient jusque-là le salon de ses quelque 500 exposants chinois habituels, et dont la fin pourrait signifier un retour à la normale pour l’édition de février prochain. La Chine n’en était pas moins bien présente sur ce premier jour, via une centaine d’entreprises quasi exclusivement représentées par des agents. Les visiteurs pénètrent en outre le rendez-vous via un désormais massif espace Source in China, showrooms où les professionnels sont guidés parmi les collections d’exposants ne pouvant être présents.

Les restrictions causent quelques rares stands vides. Auxquels s’ajoute celui du dentellier ukrainien WD Textile, dont le stand est lui aussi vacant. Rappel physique d’une guerre dont l’ensemble des exposants et donneurs d’ordres constatent les retombées sur leurs activités. Hausse des prix des matières, flambée des coûts de transports, explosion des coûts de l’énergie, sans oublier inflation et crainte d’une consommation mode réduite… Autant de sujets qui ne sont jamais loin dans les échanges entre professionnels rencontrés.

La présence chinoise réduite permet à d’autres pays de briller. C’est notamment le cas de la Corée du Sud, représentée par une cinquantaine d’entreprises via un pavillon déployé dès l’entrée du salon. De la maille de W-tex aux productions sportswear de Woowon UMF, en passant par les tissus soyeux de Daon Fabrics, l’offre est large. Mais aussi innovante, avec notamment Project 1907, qui s’est positionné sur la conception de matériaux en plastiques recyclés tournés vers l'habillement et la maroquinerie. Et qui vient présenter à Paris sa dernière avancée : un polyester aux vertus biodégradables.


L'espace tendance conçu par les directeurs artistiquesLouis Gérin et Grégory Lamaud - MG/FNW



Autre point de passage immanquable : le massif pavillon turc, fort de près d’une centaine d’entreprises représentées. Fabricants, finisseurs, mailles, dentelles… Le troisième fournisseur d’habillement de l’UE montre ses forces. Et ses ambitions, avec le géant local Migiboy, qui vient par exemple de mettre 200 millions de dollars sur la table pour construire une usine éco-responsable de 400.000 mètres carrés destinée à produire des fibres Lycra. Alors que la crise sanitaire a poussé les donneurs d’ordres européens à rapprocher leurs productions, et forte de droits de douane nuls vers l’UE, la filière turque ne manque pas d’arguments pour séduire les donneurs d’ordres du Vieux Continent. Argument que viennent cependant contrebalancer un taux d’inflation atteignant désormais les 73,5 %.

Lors de la visite, difficile également de manquer le pavillon éthiopien, qui en ce premier jour de salon recevait le ministre d’Etat Tarekegn Bululta et l’ambassadeur en France Henok Teferra. Un duo venu encourager les donneurs d’ordres à se fournir dans ce pays, dont le PIB serait en vingt ans passé de 10 à 100 milliards de dollars. Mais aussi les investisseurs en quête de futurs lieux de production. Historiquement axée sur la fabrication de basiques pour le marché américain, l’Ethiopie veut désormais convaincre qu’elle peut répondre aux rythmes accélérés de la fast fashion européenne. Aidée en cela par les bas coûts de main-d'œuvre, mais aussi par une énergie hydroélectrique au coût dérisoire face aux factures énergétiques des confrères européens.


Le pavillon éthiopien, à proximité du pavillon turc - MG/FNW



A noter que le lancement de cette édition a été, comme le deuxième jour de l’édition de février, compliqué dès le matin par une interruption du RER B. L’espoir d’une amélioration des transports à l’approche des jeux Olympiques n’est plus de mise, chez les organisateurs. Des Jeux Olympiques qui vont par ailleurs avoir un impact concret sur Texworld Evolution, le parc devant être modifié en prévision des épreuves. Les salons de juillet 2023, février 2014 et juillet 2024 se tiendront donc à la porte de Versailles. Un retour au Bourget serait cependant envisagé pour février 2025.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 FashionNetwork.com