×

Tom Tailor trouve un accord de financement à long terme

Publié le
today 10 oct. 2019
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La chaîne de mode allemande Tom Tailor, qui a connu récemment de grandes difficultés, fait un pas de plus vers un financement sûr et à long terme. La société basée à Hambourg a convenu d'une nouvelle structure de financement avec ses banques partenaires et le nouvel actionnaire majoritaire de fait, le chinois Fosun. L'accord préliminaire, qui court jusqu'à fin septembre 2022, prévoit un financement total de 365 millions d'euros et vise à assurer le financement à long terme du groupe Tom Tailor. L'engagement sera finalisé d'ici la fin du mois d'octobre.


Tom Tailor


Mercredi, la chaîne de mode a également revu les chiffres préliminaires de son exercice 2018, les charges ayant augmenté en raison d'une détérioration des conditions commerciales. La société s'attend à ce que la marque Tom Tailor génère un bénéfice d'exploitation avant intérêts, impôts, amortissements de "seulement" 64 millions d'euros en 2018, au lieu des 70,6 millions d'euros précédemment annoncés. La perte d'exploitation de la marque Bonita devrait passer de 24,6 à 38,2 millions d'euros.

Ces derniers temps, la chaîne de mode a bien avancé dans sa restructuration. L'accord de crédit-relais conclu avec les banques partenaires a été prolongé d'août à mi-septembre, et un mois plus tard jusqu'à la fin du mois d'octobre. Le problème : la filiale Bonita, reprise il y a huit ans par le groupe Tom Tailor et qu'il a voulu la revendre récemment, mais sans succès.

Par ailleurs, Tom Tailor pourrait bientôt recruter une nouvelle équipe de direction. Le conseil d'administration de l'entreprise s'entretient actuellement avec le PDG Heiko Schäfer et le directeur financier Thomas Dressendörfer "concernant leur départ prématuré de l'entreprise", comme on l'a appris mardi soir. Selon les déclarations de l'entreprise, les discussions sur un "départ possible" des deux cadres seraient "complètement indépendantes de la situation de l'entreprise".