×
108
Fashion Jobs

Tommy x Zendaya: plus dans le coup que jamais à Harlem

Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
today 9 sept. 2019
Temps de lecture
access_time 4 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Voilà ce qui s’appelle un moment de mode funky et fabuleux tout en finesse, avec la nouvelle collaboration de Tommy Hilfiger et Zendaya ce dimanche soir tout là-haut à Harlem, à l’Apollo Theater sur la 125ème rue.


Tommy x Zendaya - Tommy Hilfiger


Le transfert de Tommy, qui a quitté les dorures parisiennes de la saison dernière pour les quartiers cools du nord de Manhattan, ne manquait pas d’audace. Le résultat : un défilé bourré d’action et une collection faisant référence à l’heure de gloire de la "black culture", dans les années 1970.

Évoquant les héros et les héroïnes des films de la Blaxploitation comme Shaft, Superfly ou Sweet Sweetback’s Baadasssss Song, toutes les pièces affichaient le style fuselé, les formes évasées fantaisie et les grands cols de cette décennie fantastique, avec une bonne dose supplémentaire de culot et de sexy pour faire bonne mesure.

La sécurité était renforcée tout le long du chemin entre la station de métro de la 125ème rue et l’Apollo, où 1 000 spectateurs ont pénétré dans la célèbre salle de musique pour ressortir de l’autre côté dans un spectaculaire décor extérieur de cinéma.

Devant deux perrons d'immeubles en brownstone, une troupe de danseurs étaient déjà en train de groover alors que le public s’installait. Un trio d’altistes juchés sur le rebord d’un cabriolet Ford Thunderbird rouge accompagnait un quatuor de cuivres.

Cette collection automne 2019 Tommy x Zendaya, distribuée sur le modèle "See now, buy now", s’est ouverte sur de formidables pantalons allongés, des gilets et des vestes en cuir lisse, souvent associés à des vestes pied-de-poule – coupées avec des gros revers qui dépassent et des tailles cintrées. Du pied-de-poule décliné à différentes échelles régulièrement associées dans une même pièce, comme ces cabans hivernaux et tailleurs professionnels pimpants, même si globalement c’était surtout des tenues pour le vendredi soir. Le tout complété d’écharpes en mousseline à maxi-pois, d’énormes chapeaux fédora et de bottines à talon aiguille.

« Pensez à Diana Ross et les Supremes, Martha et les Vandellas, James Brown, The Four Tops et Marvin Gaye. C’était les stars de la Motown dans les Seventies, et ils s’habillaient tous de pied en cap en velours, satin, chaussures et pantalon assortis, chapeaux et chemises. Il y avait du mouvement sur les scènes de spectacle ces années-là, quand tous ces groupes se sont mis à danser de la même manière, avec les mêmes tenues », expliquait Tommy Hilfiger.

Au milieu du défilé, il y avait même quelques idées pour les hommes, et notamment un tailleur en imitation peau de serpent porté par un mannequin qui a livré une démonstration sensationnelle de mouvements de break dance et de jitterbugs (et s’est attiré un tonnerre d’applaudissement). C’était la première fois que Tommy Hilfiger proposait des imprimés animaliers. Enfin, pour clôturer l’action, la merveilleuse top soudanaise Alex Wek, en tailleur pantalon de velours rouge coupé au laser et parsemé de cristaux.

La collaboration avec Zendaya est la troisième entre Tommy Hilfiger et une star majeure, après Gigi Hadid et Lewis Hamilton. Tommy Hilfiger envisage d'ailleurs de poursuivre sa collaboration avec ce dernier à Londres, avec un défilé programmé pendant la saison anglaise, en février prochain. « Le système ʺ See now, buy now ʺ a rencontré un grand succès. Nous n’imaginons pas renoncer à cette idée. Il s’agit de proposer les collections rapidement aux gens », a insisté le créateur.

Tommy Hilfiger a de nouveau fait la démonstration de son talent surnaturel pour puiser dans l’air du temps. Il n’aurait pas pu choisir meilleur timing pour travailler avec Zendaya, qui tient actuellement le rôle principal dans la série télé la plus hot du moment aux États-Unis, Euphoria. « Je suppose qu’on a eu un peu de chance sur le timing », souriait Tommy, avant de poursuivre en précisant les différences entre ses différentes collabs.

« Zendaya a un styliste, Law Roach, qui s’implique énormément. Gigi était toute seule. Avec Zendaya, on a affaire à toute une équipe de création, ce qui est différents. Leurs exigences sur la coupe comme sur le degré de sophistication sont plus élevées. Gigi voulait quelque chose de fun, de jeune, fait pour la plage. Cette fois c’est différent, et ça nous permet d’aborder un secteur où nous n’étions pas encore présents, et de rencontrer une clientèle qu’on ne connaissait pas vraiment. »

En tant qu’employeur, il a toujours souscrit au principe d’égalité des chances, et sur les 60 tops, près d’une sur cinq était un mannequin grande taille, ce dont il est très fier. « J’ai trouvé ça super. La collection parvenait à reprendre les coupes des années soixante-dix, mais en leur donnant une allure moderne », déclarait Olivia Palermo, la star d’Instagram qui vient de lancer sa propre entreprise de distribution en ligne.

Pour le final, Tommy est venu saluer avec Zendaya et le styliste Law Roach, vêtu d’une jupe en cuir … et s’est attiré une standing ovation.
 

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com