×

Tours reçoit en legs la collection d'art de l'industriel du textile Léon Cligman

Par
AFP
Publié le
today 20 juin 2016
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

La Ville de Tours va recevoir en legs, conjointement avec l'État, une fabuleuse collection d'oeuvres d'art de l'industriel du textile Léon Cligman et de son épouse l'artiste Martine Martine, estimée à environ 12 millions d'euros, a-t-on appris lundi auprès de la municipalité.

Le musée des Beaux-Arts de Tours - Tours.fr


Les deux époux, qui possèdent une propriété non loin de Tours et dont l'histoire personnelle et professionnelle est liée à la région Centre, financeront en outre la construction d'une annexe du Musée des Beaux-Arts de la ville pour un montant de cinq millions d'euros, a-t-on indiqué de même source.

Le conseil municipal devait adopter lundi soir une délibération pour accepter ce legs composé de quelque 1.200 tableaux, sculptures et dessins. Parmi les artistes présents dans la collection, on note les noms de Gustave Caillebote, Camille Corot, Robert Delaunay, André Derain, Toulouse-Lautrec, Kees Van Dongen, Edgar Degas, Eugène Delacroix, Edouard Vuillard...

La collection des époux Cligman comprend également des oeuvres de l'antiquité grecque et romaine, ainsi que d'Afrique, d'Egypte, du Moyen-Orient, d'Asie et des Amériques.

Enfin, le Musée des Beaux-Arts de Tours recevra aussi des oeuvres de Martine Martine, qui a consacré récemment son travail à l'écrivain Honoré de Balzac, né à Tours.

L'annexe destinée à la collection doit s'inscrire dans le site du Musée qui occupe l'ancien palais épiscopal, à l'ombre de la cathédrale de Tours. Edifiée sur deux niveaux, elle accueillera aussi des expositions temporaires, a indiqué à l'AFP une porte-parole de la municipalité.

Léon Cligman, 96 ans, a bâti un empire industriel textile qui a employé jusqu'à 40.000 personnes et dont l'un des fiefs était établi à Issoudun (Indre). Il était notamment à la tête du groupe Devanlay, licencié de Lacoste. Son épouse Martine Martine a résidé durant la Deuxième Guerre mondiale à Valençay (Indre) où sa famille s'était réfugiée.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.