UNX revoit son positionnement pour se concentrer sur l’activewear

A l’origine d’UNX, Marie et Olivier Dall’Arche. En 2017, après que la première a été agressée dans la rue et s'est défendue grâce à sa pratique du Krav Maga, elle décide de monter avec son mari une griffe de vêtement inspirée des arts martiaux. L’ancienne galeriste et le consultant en communication pour L’Oréal font alors appel à Hedi El Chikh, qui s’est notamment illustré en tant que premier assistant d’Azzedine Alaïa, pour imaginer des collections couture où le sportswear joue avec les codes du luxe. Le designer a, depuis, quitté l'entreprise. La griffe, qui participe à la première promotion du programme Talents de la Fédération française du prêt à porter féminin en 2018, profite de ce mentorat d’un an pour modifier son positionnement et choisit d'orienter finalement UNX vers le segment de l’activewear.
 
UNX revoit son positionnement pour se concentrer sur l’activewear - UNX

« Lorsque nous travaillions avec Hedi El Chikh, les collections correspondaient vraiment à du prêt-à-porter. Nous avons décidé de revenir au sport puisque la genèse du projet était de proposer une vraie vision sportive de la mode. Notre travail, c’est désormais de proposer des pièces d’activewear à mixer avec des pièces un peu plus couture », explique Olivier Dall’Arche.
 
Relancée officiellement début 2019, la marque a rouvert un site Internet fin novembre. Ses couleurs ont changé, le logo aussi. Désormais, le rose vif domine et le site incite à s’inscrire au UNX Fight Club, des cours d’autodéfense qui se déroulent à l’Hôtel Renaissance à République et seront bientôt doublés d’une formule cours + brunch à l’Hôtel Grand Amour. Une façon, selon Marie Dall’Arche, de monter une communauté de femmes qui s’entraident, avec, pourquoi pas, comme moyen de reconnaissance les vêtements siglés UNX.
 
« Le programme Talents nous a permis d’affiner notre propos, d’assumer l’envie de former cette communauté », précise Marie Dall’Arche. Pour être en phase avec sa volonté d’autonomisation des femmes, le duo créatif réalise ses collections avec un atelier parisien de couturières, exclusivement. Avec elles, il développe aussi des vêtements pour d’autres marques et entreprises. Pour la dernière édition du salon professionnel Tranoï, il a d’ailleurs imaginé des tee-shirts et organisé un cours de fight club dans le parking attenant au Carrousel du Louvre.
 
Le lookbook printemps-été 2019 d'UNX - UNX

Avec une base de 17 pièces, du savon UNX Fight Club, inspiré de celui que l’on retrouve dans le film du même nom, à la parka camel, les prix s’étirent de 7 à 598 euros. Divisés en deux catégories, « Activewear » et « Fashionwear », les produits se répondent et veulent démocratiser le port des vêtements techniques de sport dans le quotidien. Pour acheter ces créations, qui utilisent du nylon recyclé et s’enrichissent au gré de drops plus ou moins réguliers, la griffe dispose d’un e-shop. Et a décidé de s’ouvrir au wholesale, d’où sa présence au Tranoï début mars dernier. Après une présence à L’Exception, la marque s’apprête d’ailleurs à entrer chez Nous avec un pop-up store.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Mode - Prêt-à-porterSportBusinessCollection
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER