Un dernier adieu à Lagerfeld avec "Karl for ever"

Le monde de la mode a fait ses adieux au couturier allemand jeudi soir, au cours d'un commémoration exceptionnelle mise en scène dans ce qui fut la seconde maison de Karl Lagerfeld à la fin de sa vie : le Grand Palais. Les lectures et performances de Helen Mirren, Tilda Swinton, Cara Delevingne, Pharrell Williams, Fanny Ardant et Lang Lang se sont succédées toute la soirée, entrecoupées de vidéos de Karl lui-même : un savant assemblage de ses bons mots, de calembours multilingues et de blagues acides.


L'hommage à Karl Lagerfeld au Grand Palais le 20 juin - DR

Le tout projeté sur trois immenses écrans, Tilda Swinton ouvrant le bal avec une lecture d'un des livres préférés de Lagerfeld, Orlando. "Les vêtements nous portent, et pas l'inverse... Ils changent notre vision du monde, et la vision que le monde a de nous", a déclamé l'actrice, distillant en quelques mots la philosophie de Karl Lagerfeld.

C'était aussi l'occasion pour plusieurs créateurs de rendre hommage au couturier : Silvia Venturini Fendi, Stella McCartney, Alber Elbaz, Haider Ackermann, Valentino — ainsi que Ralph Lauren et Tommy Hilfiger, tous deux venus spécialement pour l'occasion à Paris. 

Silvia Fendi, comme tant d'autres, s'est souvenue de son manque de ponctualité légendaire, résultat de l'attention qu'il portait aux sentiments de son entourage. "Quand nous sommes venus à Paris pour signer son premier contrat avec Fendi, Karl était un jeune designer et il avait trois heures de retard. J'étais tellement habituée à ce qu'il soit en retard que je m'attendais presque à ce qu'il réapparaisse après sa mort", avoue-t-elle tristement, dans l'un des douze entretiens filmés avec des créateurs.
 
La vidéo d'ouverture mettait en scène Anna Wintour, qui a félicité Karl pour son succès "non seulement en tant que créateur, mais aussi en tant que linguiste, photographe, décorateur d'intérieur, cinéaste et philanthrope. C'était le premier homme multitâches, un homme qui a tout fait en même temps... C'est sa présence humaine que nous pleurons et célébrons tous aujourd'hui".

Sa compatriote britannique Cara Delevingne a lu un poème sur les chats de la femme de lettres parisienne Colette, sous-titrée en français et accompagnée d'images du dernier amour de Karl Lagerfeld, sa chatte Choupette. Le chat Birman était même filmé accompagné de son maître.

Les applaudissements les plus enthousiastes ont salué la performance d'Helen Mirren, qui a lu des citations de son livre Le Monde selon Karl, accompagnée par le merveilleux violoniste Charlie Siem.


Les artistes ayant rendu hommage à Karl Lagerfeld pendant la cérémonie - DR

Une vidéo montrait Karl Lagerfeld discutant de son projet de piano à queue, insistant sur le fait qu'il devait être noir mat et accompagné d'un tabouret en laque chinoise rouge. Et le metteur en scène d'opéra Robert Carson, qui a conçu l'événement, en a trouvé deux pour la soirée. Puis, l'interprétation émouvante de Lang Lang de la Valse N°1 en mi bémol majeur de Chopin a fait briller les yeux du public réuni sous l'immense verrière.
 
Au premier rang, on pouvait voir la princesse Caroline de Hanovre, Charlotte Casiraghi, Carole Bouquet, Carla Bruni-Sarkozy et Claudia Schiffer, aux côtés des grands patrons de la mode Bernard et Hélène Arnault, de la première dame Brigitte Macron, d'Alain et Gérard Wertheimer, les propriétaires de Chanel, du président de la maison parisienne Bruno Pavlovsky, et de François-Henri Pinault, assis au deuxième rang — plutôt fair-play.
 
L'événement a été organisé par les trois maisons pilotées par le couturier avant sa mort — Karl Lagerfeld, Fendi et Chanel — qui avaient rangé leurs rivalités le temps d'une soirée. L'événement a permis de rappeler les dons remarquables de Karl Lagerfeld dans un grand nombre de disciplines : de la mode à l'architecture, en passant par l'art de la conversation.
 
À la fin de l'événement, Pharrell Williams a invité le public à se lever pour sa performance, avant la projection d'un long montage de Karl saluant des dizaines de fois après les défilés épiques de "ses" trois maisons — de la Grande Muraille de Chine à la Fontaine de Trevi, sous les applaudissements du public. Le tout dernier adieu au couturier le plus célèbre de notre époque, un homme raffiné, plein d'esprit, polyglotte, fascinant, qui avait conquis Paris après s'y être installé.

De nombreux invités s'étaient rendus au Grand Palais en se demandant si, oui ou non, il fallait vraiment organiser une telle commémoration en l'honneur de Karl Lagerfeld, car le couturier insistait souvent sur le fait qu'après son décès, il voulait disparaître à jamais.

Mais comme Tom Sawyer assiste en pleurant à son propre enterrement, on imagine qu'il aurait été profondément touché par ce vaste élan de respect, d'estime et d'amour. Plenus annis abiit, plenus honoribus, comme l'écrivait Pline le Jeune. Il nous a quittés, plein d'années et d'honneurs.

Traduit par Paul Kaplan

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com

Luxe - DiversCréationEvénements
INSCRIPTION À LA NEWSLETTER