×
Publié le
4 mars 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Une deuxième session valeur sûre, bien qu'un peu calme

Publié le
4 mars 2014

Du vendredi 28 février à ce lundi 3 mars se tenait une nouvelle édition des salons parisiens de deuxième session, en marge de la Fashion Week. Une petite dizaine d’événements dans la capitale qui ont déplacé les acheteurs internationaux, mais petit bémol, avec l’impression d’une fréquentation légèrement en baisse dans les allées de ces salons féminins.

Capsule se déroulait pour la première fois au Tapis Rouge. Photo Capsule.


Le ressenti des exposants rencontrés dans les différents lieux de rendez-vous tendait ainsi vers une édition correcte mais "peut mieux faire". "Question de conjoncture, affirme Mariel Gamboa, fondatrice du salon Memy, il ne faut pas comparer avec la frénésie et le monde qu’il y avait pendant les années d’avant-crise".

Non loin du Pavillon Vendôme où elle tenait salon, les Tuileries accueillaient Première Classe, Paris sur Mode, Don’t Believe the Hype et leurs exposants. Sous les tentes, les avis recueillis mettaient également en évidence une fréquentation un peu calme. "Il y a un peu moins de monde que d’habitude, mais un visitorat vraiment qualitatif, donc un bilan positif pour nous", constatait-on sur le stand de Sessùn.

"Nous sommes satisfaits, c’est plutôt une bonne édition pour nous, compte tenu de la conjoncture et des échos négatifs de quelques-uns dans les allées, disait-on chez Not Shy. Nous avons bien travaillé avec des clients français sur rendez-vous, mais surtout l’export, comme toujours. En revanche, ceux qui ne sont pas venus, ce sont les acheteurs de Russie et des pays de l’Est, Ukraine, Roumanie, alors que leur présence montait les saisons précédentes".

La représentante de la marque belge Bellerose a jugé cette édition "plutôt moyenne", tandis que ses compatriotes de Rue Blanche étaient un peu plus positifs. "Nous sommes très contents de notre salon, car nous avons ouvert de nouveaux comptes assez haut de gamme. Nous avons trouvé le visitorat très qualitatif, notamment venu d’Asie, même si cela a été un peu plus calme concernant l’Europe, avec peut-être moins d’Italiens et de Français", a-t-on témoigné sur leur stand.

Première Classe, aux Tuileries, a connu une fréquentation dense


Dans les allées plus resserrées de Première Classe, la fréquentation paraissait plus intense que côté prêt-à-porter. "C’est un très bon salon. Le démarrage a été un peu calme mais nous avons très bien travaillé le dimanche", a indiqué Bruno Jourd’hui, le directeur général de la griffe de ceintures haut de gamme Maison Boinet, qui présentait ses premiers modèles homme. Même enthousiasme sur le stand de la marque de sacs Jamin Puech, même si l’on trouvait cette session "plus calme que celle de septembre".

Accessoires toujours, à The Box rue Cambon cette fois, Jayne Hemsley qui présentait sa toute nouvelle marque de sacs Hemsley s’est dite ravie de sa première participation. Des habitués du salon ont en revanche eux regretté le manque de renouvellement du visitorat.

Chez Tranoï, un constat un peu similaire. Le lieu est toujours une valeur sûre, incontournable aux yeux de certaines marques, mais on y a surtout vu sa clientèle habituelle, regrettaient quelques exposants. Cette édition a ainsi fait peu de place à la prospection et aux ouvertures de nouveaux comptes, selon des témoignages.

Les échos étaient d’ailleurs un peu similaires sur Capsule. Le nouveau lieu choisi pour l’édition féminine, Le Tapis Rouge (Xème arrondissement), a fait l’unanimité chez les marques. Mais elles ont aussi jugé que, si la fréquentation était correcte, on y voyait surtout des habitués.

Une question que le plus jeune des salons, Woman, se pose logiquement moins. Encore dans une dynamique ascendante pour sa quatrième édition, beaucoup de visiteurs comme de marques découvraient le rendez-vous ou presque, les exposants témoignaient donc de bonnes surprises et de nouveaux contacts prometteurs.

Anaïs Lerévérend, Florent Gilles et Sarah Ahssen.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com