×
117
Fashion Jobs
UB INTERNATIONAL SAGL
Senior Commercial Director/Ceo
CDI · BELLINZONA
SIDLER SA
Jersey Product Manager/ Luxury Brand/ Ticino
CDI · MENDRISIO
SIDLER SA
Fabric And Raw Material Manager / Luxury Brand / Ticino
CDI · MENDRISIO
SIDLER SA
Emea HR Director/Fashion Brand/Ticino
CDI · LUGANO
SIDLER SA
Showroom & Key Account Coordinator / Zürich
CDI · ZÜRICH
SIDLER SA
Retail Operations Director / Lugano
CDI · LUGANO
RETAIL EXPERTS
Verkaufsberater-in, Luxusuhren, Zurich-Kloten
CDI · KLOTEN
RETAIL EXPERTS
Sales Advisor (M/W) Chinesisch-Mandarin, Luzern
CDI · LUCERNE
RETAIL EXPERTS
Store Manager Sis, Watches, Luzern
CDI · LUCERNE
RETAIL EXPERTS
Junior Sales Advisor, Luxusprodukte, Basel
CDI · BÂLE
RETAIL EXPERTS
Deputy Store Manager, Luxusuhren, Bern
CDI · BERNE
RETAIL EXPERTS
Sales Assistant (M/W), Luxusprodukte, Gstaad
CDI · SAANEN
RETAIL EXPERTS
Sales Advisor, Arabisch, Luxusprodukte
CDD · ZURICH
CONFIDENTIEL
Conseiller(Ère) de Vente (H/F) - CDI 40h Lausanne
CDI · LAUSANNE
CLAUDIE PIERLOT
Vendeur - 10h - Lausanne H/F
CDI · LAUSANNE
THE KOOPLES
Concession Manager w/m - Alsterhaus Hamburg - Full Time
CDD · HAMBOURG
THE KOOPLES
Concession Manager w/m - Oberpollinger - Full Time
CDD · MUNICH
STERNEFOOD
Praktikum Online Marketing Manager
Stage · ZÜRICH
MEDMEISTER
Praktikum Online Marketing Manager
Stage · ZÜRICH
THE KOOPLES
Conseiller de Vente H/F - Roppenheim - CDD 30h
CDD · ROPPENHEIM
LA PRAIRIE
Global Brand Development Intern (Skin Care And Complexion) - February 2020
Stage · ZÜRICH
ICS - SERVICE DE COURRIER INTERNATIONAL
Associé Aux Ventes (à Temps Partiel)
Stage · GENÈVE

Valentino ou l'utopie hippie de Maverick

Traduit par
Marguerite Capelle
Publié le
today 1 oct. 2018
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Une démonstration puriste de mode avec un grand M pour la maison Valentino et son créateur, Pierpaolo Piccioli, avec des références aux artistes bohèmes et même au Marrakech de Saint Laurent dans un défilé organisé dimanche derrière les Invalides.


Valentino - printemps-été 2019 - Womenswear - Paris - © PixelFormula


Pleine de finesse et d’un goût impeccable, la collection était centrée sur une vision de la beauté remplie de liberté d’esprit, dans un monde de robes fleuries en brocart, de tenues gothiques à motif cachemire et de robes plissées.

Cela ressemblait parfois davantage à un défilé de Haute Couture et c’était bien le but. En effet, Pierpaolo Piccioli a révélé après le défilé qu’il avait voulu entre autres distiller le rêve de la couture dans cette collection de prêt-à-porter printemps 2019.

Son point de départ, c’était la Maverick Art Colony, une des premières communautés artistiques utopiques, fondée en 1905 dans le nord de l’État de New York, dont le chef, Hervey White, est souvent qualifié de « premier hippie ». Maverick organisait déjà des carnavals bohèmes près d’un demi-siècle avant le légendaire Festival de Woodstock de 1969, qui attira plus de 400 000 personnes.

L’idée centrale de cette communauté, et donc de ce défilé, était que les gens puissent vivre comme ils l’entendent, sans être entravés par les conventions de l’époque. Mais les chemises paysannes bouffantes, robes du soir portées à un pique-nique, bandanas, bérets et autres accessoires typiques de Maverick ont donné lieu à une réinterprétation bien plus grandiose chez Valentino.

Les 14 looks d’ouverture présentés par Pierpaolo Piccioli, et notamment le tout premier porté par la top expérimentée Kristen McMenamy, étaient tout à fait parlants : des robes géantes en superpositions de taffetas et de soie, enveloppant des mannequins qui portaient une ombre à paupière verte effet lurex, la bouche rouge tape-à-l’œil et de fantastiques chapeaux paysan (d’un mètre de diamètre) en paille et pétales de tissu. Woodstockien en diable.


Valentino - printemps-été 2019 - Womenswear - Paris - © PixelFormula


Les tentatives de Pierpaolo Piccioli pour ajouter à tout cela un peu de sportswear chic (plus particulièrement, un duo de sweatshirts avec son logo imprimé, un V géant) ont donné lieu à des silhouettes un peu forcées. Mais il y avait beaucoup de choses dignes d’être photographiées et notamment une série de sulfureuses robes du soir rouge Valentino, geste de tendresse envers le Signor Garavani, le fondateur de la maison, et sa couleur fétiche.

Les chaussures aussi étaient irréprochables : il y a des marques italiennes qui vendent les mocassins fourrés par milliers… Valentino nous présentait aujourd’hui des modèles à plumes de coq qui vont faire un carton.

On pourrait affirmer qu’il n’y avait rien de fondamentalement neuf dans ce défilé, mais le message était noble et les images de beauté romantique fantastiques. Pas étonnant que Pierpaolo Piccioli ait reçu un tonnerre d’applaudissements lors du final et qu’une bonne partie du public se soit levée sous ce chapiteau fait sur mesure. Un créateur tellement à l’aise qu’il a réussi à déjeuner avec une bande d’amis dans le jardin de l’Hôtel Costes, à peine deux heures avant le défilé.

Il y a eu cependant un moment de tension quand la sécurité a interdit dans un premier temps au public de quitter le défilé. Des voitures de police ont convergé sur les lieux et ont apparemment arrêté un suspect. Les personnes présentes ont alors été invitées à sortir par le côté nord de l’énorme chapiteau.

Les festivals de Maverick avaient fini par être interdits, sous l’impulsion d’un évangéliste itinérant choqué par ces orgies et cette nudité. Mais leur esprit perdurait en quelque sorte ce dimanche, même sous une forme des plus exceptionnelles : un défilé de mode Valentino à Paris.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com