×
176
Fashion Jobs
ESTÉE LAUDER
Procurement Manager Facility Management & Capex
CDI · Wollerau
ESTÉE LAUDER
Clinique Counter Consultant 100% Zürich
CDI · Zürich
ESTÉE LAUDER
Logistics Business Excellence And Sustainability Senior Manager
CDI · Wollerau
HUGO BOSS
Brand Manager Bodywear & Hosiery
CDI · Coldrerio
HUGO BOSS
Consultant Global Media 100% (f/m/d)
CDI · Zug
ZOÉ DROCOURT GMBH
Business Developer – Watches/Jewelry (m/f/x)
CDI · ZURICH
ESTÉE LAUDER
Estée Lauder Beauty Advisor 70% - Glattzentrum
CDI · Wallisellen
ESTÉE LAUDER
m.a.c Make-up Artist à Sion (40%)
CDI · Sion
PINK MAHARANI
Chief Operations Manager
Stage · GENEVA
THE KOOPLES
Sales Assistant - Glatzentrum Men - Part Time 50%
CDI · WALLISELLEN
ONLY
Flexible Aushilfe im Verkauf (M/W/D)
CDI · CHUR
ESTÉE LAUDER
Mac Make-up Artist (Région Geneve / Lausanne)
CDI · Lausanne
CLAUDIE PIERLOT SUISSE
Store Manager - 42,5 Stunden - Zürich- M/F/D
CDD · ZURICH
GLOBUS
Mitarbeiter:in ***Delicatessa Kundenservice (w/m/d)
CDI · ZÜRICH
CLAUDIE PIERLOT SUISSE
Verkäufer(in) - 30 Stunden - CDI - Zürich- M/F/D
CDI · ZURICH
CLEMENTINE
Assistant(e) Responsable Boutique
CDI · GENÈVE
ESTÉE LAUDER
m.a.c Retail-Make-up Artist 40% Befristet Für 3 Monate
CDI · Zürich
ESTÉE LAUDER
Bobbi Brown Retail-Make-up Artist (3 Monate) im Globus Luzern
CDI · Lucerne
ONLY
Flexible Aushilfe im Verkauf (M/W/D)
CDI · WINTERTHUR
ETAM LINGERIE
Responsable de Magasin H/F Genève
CDI · GENÈVE
GLOBUS
Verkaufsleiter:in Home & Lifestyle (w/m/d)
CDI · ZÜRICH
ETAM
Stage Suisse- Assistant Marketing H/F
Stage · LAUSANNE
Par
Reuters
Publié le
3 janv. 2018
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Alibaba : Washington bloque le rachat de MoneyGram

Par
Reuters
Publié le
3 janv. 2018

(Reuters) - Le spécialiste américain des paiements électroniques MoneyGram International et Ant Financial Services, bras financier du géant chinois du commerce en ligne Alibaba Group Holding, ont annoncé mardi renoncer à leur projet de fusion en raison de l‘opposition des autorités américaines.


Photo d'archives/REUTERS/Heinz-Peter Bader


Dans un communiqué commun, les deux groupes expliquent que l‘offre de 1,2 milliard de dollars (près de 1,0 milliard d‘euros) d‘Ant Financial sur MoneyGram n‘a pas reçu l‘aval du Comité américain des investissements étrangers (CFIUS). Ce dernier se prononce sur les opérations transfrontalières susceptibles de poser un risque pour la sécurité nationale.

« Malgré nos efforts incessants pour travailler de manière constructive avec le gouvernement américain, il est maintenant devenu clair que le CFIUS n‘autorisera pas cette fusion », a déclaré Alex Holmes, le directeur général de MoneyGram. L‘action MoneyGram chutait de 8,5 % à 12,06 dollars dans les échanges d‘après-Bourse à Wall Street, à un plus bas de près d‘un an.

Selon des sources proches du dossier, MoneyGram et Ant ont proposé à trois reprises des concessions pour tenter d‘obtenir le feu vert du CFIUS, dont les inquiétudes portaient principalement sur la sécurité de données pouvant servir à identifier des citoyens américains.

Le veto du CFIUS représente un revers pour Jack Ma, le fondateur et président exécutif d‘Alibaba, qui avait promis en janvier 2017 à Donald Trump, alors président élu, de créer un million d‘emplois aux Etats-Unis.

Le gouvernement américain a durci sa position sur les prises de contrôle de sociétés américaines par des entités chinoises au moment où Donald Trump accentue la pression sur Pékin dans le dossier nord-coréen et en matière d’échanges commerciaux.

Le CFIUS a ainsi bloqué le projet d‘acquisition de l‘assureur vie Genworth Financial par China Oceanwide Holdings Group pour 2,7 milliards de dollars, le rachat de la firme de marketing mobile AppLovin par le fonds chinois Orient Hontai Capital pour 1,4 milliard de dollars et l‘OPA de 1,3 milliard de dollars du fonds Canyon Bridge Capital Partners sur le fabricant de puces Lattice Semiconductor. En revanche, le CFIUS avait donné son feu vert au rachat en 2016 par Ant Financial d‘EyeVerify, une société américaine spécialisée dans les technologies oculaires.

« L‘issue la plus probable à présent est que MoneyGram se vendra à quelqu‘un d‘autre et Euronet est une entreprise qui a manifesté son intérêt par le passé », a observé Gil Luria, analyste de D.A. Davidson. Ant Financial avait obtenu en avril le soutien de MoneyGram à son offre après avoir relevé de 36 % son prix, à 18 dollars par action, écartant ainsi une proposition concurrente et non sollicitée d‘Euronet Worldwide, société basée aux Etats-Unis. L‘offre d‘Ant Financial était en outre en espèces alors qu‘Euronet proposait l’équivalent de 15,20 dollars en actions.

Euronet a estimé qu‘il existait une « logique commerciale évidente » à un rapprochement avec MoneyGram. « Alors même que nous continuons de considérer qu‘une transaction avec MoneyGram serait logique, rien ne garantit qu‘une offre soit soumise ou qu‘une transaction se fasse en définitive », a-t-il dit. Ant Financial a versé à MoneyGram une indemnité de rupture de 30 millions de dollars.

par Greg Roumeliotis

© Thomson Reuters 2021 All rights reserved.