×
101
Fashion Jobs

Bernard Arnault et Albert Frère s'intéressent à Aston Martin

Par
AFP
Publié le
today 20 oct. 2006
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

PARIS, 20 oct 2006 (AFP) - Les hommes d'affaires français Bernard Arnault, PDG du groupe de luxe LVMH, et belge Albert Frère, qui viennent de créer une société d'investissement commune, envisagent d'acheter la marque de voitures de sport britannique Aston Martin, rapporte le Financial Times vendredi 20 octobre.


Le PDG de LVMH Bernard Arnault, le 6 septembre 2006 à Paris - Photo : Jean Ayissi/AFP

Selon le journal, ils souhaitent déposer une offre qui dépasserait un milliard d'euros.

La maison mère d'Aston Martin, le constructeur automobile américain Ford, en pleine restructuration en Amérique du nord, avait annoncé fin août son intention de vendre cette marque.

"Ils étudient le dossier Aston Martin. Cela rentre tout à fait dans le périmètre de leur fonds d'investissement", selon une source proche, citée par le FT.

La banque suisse UBS, chargée de la vente d'Aston Martin, devrait prochainement dresser une liste de candidats, indique le Financial Times.

Bernard Arnault et Albert Frère ont annoncé jeudi la création d'une société d'investissement commune dotée d'une capacité financière en fonds propres d'un milliard d'euros, qui "investira tant dans des sociétés cotées que non cotées".

Ils ont indiqué que plusieurs projets faisaient "d'ores et déjà l'objet d'une étude approfondie et pourraient faire l'objet d'annonce dans les semaines ou les mois qui viennent".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.