×
Publicités
Par
Reuters
Publié le
31 juil. 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Casino : un recul de 9 % du résultat opérationnel

Par
Reuters
Publié le
31 juil. 2014

PARIS, 29 juillet (Reuters) - Casino a fait état de résultats semestriels en baisse, affectés par la contre-performance de Leader Price en France et par des effets de change défavorables pour ses activités à l'international.
Le distributeur a vu son résultat opérationnel reculer de 9 % à 880 millions d'euros, en ligne avec les attentes des analystes, et impacté par des effets de changes négatifs liés à la baisse des devises d'Amérique latine et du baht thaïlandais.

Ces effets de change devraient cependant quasiment disparaître au second semestre, à condition que les taux de change se stabilisent. "L'impact des taux de change devrait être beaucoup plus faible, voire positif ", a déclaré Jean-Charles Naouri, PDG de Casino, lors d'une conférence.


A changes constants, le résultat opérationnel grimpe de 13,3 %, de solides performances à l'international, qui représente 60 % des ventes du groupe, ayant permis de compenser la baisse des résultats en France, plombés par Leader Price.

Les ventes du format discount de proximité ont décroché de 8,6 % au premier semestre après des baisses de prix massives opérées fin 2013 pour regagner des parts de marché sur la concurrence.

Etant donné le laps de temps nécessaire (évalué à 6-12 mois) pour que les baisses de prix se traduisent par des hausses de volumes, Jean-Charles Naouri a dit tabler, pour Leader Price, sur un retour à un trafic et des volumes positifs au troisième ou au quatrième trimestre 2014.

"Notre priorité, c'est de repasser positif à magasins comparables (...) Ensuite viendra la hausse du chiffre d'affaires puis celle du résultat opérationnel", a-t-il indiqué.

Casino a commencé à récolter les fruits de son repositionnement de prix dans ses hypermarchés Géant (opéré fin 2012), dont les ventes ont commencé à se redresser au deuxième trimestre et dont le PDG a dit espérer "à court terme" un retour à un résultat opérationnel positif.

Le redressement des ventes en France constitue le grand chantier de Casino depuis d'importantes pertes de parts de marché en 2012 et le groupe a confirmé tabler sur un retour à une croissance organique dans l'Hexagone sur l'année 2014.

Plombé par un EBIT tombé à 5,4 millions chez Leader Price, le résultat opérationnel du distributeur en France décroche de 18,9 % à périmètre comparable à 165 millions d'euros.

A l'inverse, Casino signe de solides performances dans les pays émergents, notamment au Brésil (40 % des ventes) où le groupe contrôle le numéro un de la distribution alimentaire Grupo Pao de Açúcar.

Au total, la marge opérationnelle courante est restée stable à 3,8 %, la baisse de la rentabilité en France (à 1,78 %) ayant été compensée par la hausse à l'international (à 5,8 %).

Jean-Charles Naouri s'est refusé à toute indication concernant la future cotation des actifs de e-commerce (CDiscount et Nova Pontocom), en perte opérationnelle de 8,7 millions sur un chiffre d'affaires de 1,526 milliard.

Candidat malheureux au rachat des magasins Dia en France, finalement cédés à Carrefour par le groupe espagnol de discount, le PDG de Casino a expliqué que le prix offert n'avait "sans doute pas été suffisant", laissant entendre qu'il ne voulait pas payer davantage pour un actif qui n'était "pas un must have".

 

© Thomson Reuters 2022 All rights reserved.

Tags :
Distribution