×

Etienne Derœux, le petit frenchy qui monte dans la planète mode

Publié le
today 8 oct. 2014
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Etienne Derœux, un nouveau nom à retenir dans le paysage de la mode française. Depuis quelques saisons, le jeune créateur de 25 ans s’est fait remarquer pour son travail rigoureux et intelligent à travers sa marque éponyme lancée en 2011, entièrement produite en France.

Puisant son inspiration dans le sportswear ainsi que l’architecture et le design américains des années 1950-60, la ligne de prêt-à-porter féminin d’Etienne Derœux se distingue par ses matières nobles et ses belles coupes imprégnées des codes de couture français.

Etienne Derœux


"Mon idée était de construire une marque d’inspiration américaine en offrant un produit de qualité avec de belles matières à un bon prix. J’utilise par exemple de la maille de coton, du coton et soie. Je m’approvisionne en tissus en Italie auprès du fabricant toscan Faliero Sarti. Je travaille surtout sur un vestiaire de jour fonctionnel assez transversal et urbain", explique le styliste rencontré lors de la Fashion week parisienne.

Ce surdoué au visage d’ange, qui a passé son bac à 16 ans et demi, est tombé dans la couture en bas âge, élevé par une modéliste, Martine Carette, devenue aujourd’hui son associée aux côtés de Daniel Hettmann. Après avoir débuté à 17 ans chez Jean-Louis Scherrer, le Lillois fréquente l’Académie des Beaux-Arts d’Anvers et l’École de La Cambre à Bruxelles.

Il commence à travailler auprès de Peter Pilotto à Londres, puis va chez Matthew Ames à New York. De retour des Etats-Unis en 2011, il décide de fonder sa propre marque à Paris. Sa ligne au luxe discret ne tarde pas à se faire repérer. Le styliste, également finaliste du prix Woolmark, a été sélectionné il y a deux ans dans le cadre de l’initiative Designers Apartment promue par la Fédération Française de la Couture et le DEFI pour aider la jeune création française.

Etienne Derœux, campagne été 2015

Présent en septembre pour la quatrième saison au sein du showroom Designers Apartment, Etienne Derœux est prêt désormais à voler par ses propres ailes. Il a trouvé un importateur à New York. Il rêve de marcher aussi bien dans les pas de Jean Patou, précurseur du style sportswear, qui fut le premier à vendre avec succès ses robes de tennis outre-Atlantique, que dans ceux de Lacoste, qui défile à New York depuis dix ans.

"Dans un futur proche, je défilerai à New York, sans arrêter bien sûr de présenter ma collection à Paris", affirme le jeune créateur très pragmatique et déterminé, qui a vu son chiffre d’affaires progresser de 600 % en quelques saisons. Aujourd’hui, sa marque compte une vingtaine de clients multimarques aux Etats-Unis, en Angleterre et en Asie, notamment au Japon, en Corée et à Taïwan. Etienne Derœux collabore également avec d’autres marques, comme la collection capsule qu’il vient de réaliser pour le label Le Mont Saint Michel.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com