×
421
Fashion Jobs
HUGO BOSS (SCHWEIZ) AG
Junior Product Manager Textile Licenses
CDI · Zug
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Bärengasse, Zürich | Teilzeit 60 - 80%
CDI · Zürich
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Jelmoli, Zürich | Teilzeit 60%
CDI · Zürich
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Globus Zürich | Teilzeit 80%
CDI · Zürich
NEWELL
Account Manager Schweiz (Outdoor & Recreation)
CDI · GIVISIEZ
SIMPLICITY
Area Manager Sales B2B Schweiz (m_w_d) Showroom Zürich Opus & Someday
CDI · ZURICH
HOLY FASHION GROUP
Marketing Manager (d/M/W)
CDI · KREUZLINGEN
TIFFANY & CO
Purchasing Specialist
CDI · Geneva
NAPAPIJIRI
Sales Director Northern Europe - Napapijri
CDI · STABIO
ON RUNNING
Footwear Testing Coordinator
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Inventory Controls Analyst
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Freight Planning Lead
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Global Sales B2B System Specialist
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Head of Logistics
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Talent Business Partner Emea
CDI · ZURICH
MAMMUT
HR Business Partner (All Genders, 80-100%)
CDI · SEON
HOLY FASHION GROUP
Inhouse Consultant Sap sd/ le (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
Joop Brand Controller (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
B2B E-Commerce Manager (Joop, Strellson, Windsor.) (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
Business Development Manager - Focus on Digitalization (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
(Junior) Business Development Manager - Focus on Digitalization (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
SEA Manager (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
Par
AFP
Publié le
28 févr. 2011
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Gucci: l'e-commerce en Chine une priorité pour l'avenir

Par
AFP
Publié le
28 févr. 2011

PARIS, 28 fév 2011 (AFP) - Le Pdg de la marque Gucci Patrizio di Marco affirme lundi que l'e-commerce en Chine est "la priorité" de la griffe italienne pour l'année à venir en raison d'un potentiel "considérable", dans un entretien à La Tribune.

"Les Chinois possèdent plus de téléphones portables que les Américains et 450 millions d'entre eux sont connectés à internet. L'e-commerce en Chine est notre priorité pour l'année à venir, son potentiel est considérable", a déclaré M. di Marco.

Le Pdg de Gucci, qui exclut toute production un jour en Chine car le "made in Italy est une valeur intrinsèque de la marque", rappelle que la maison italienne a "accéléré sa politique d'ouverture" de magasins dans le pays, passant de 4 en 2004 à 39 fin 2010.

La marque de luxe réalise 21% de ses ventes totales en grande Chine (avec Hong Kong notamment).

La griffe, une des pionnières pour le luxe sur internet, mise aussi beaucoup sur la toile avec 2,5 millions de visiteurs uniques par mois, 3,2 millions de fans sur Facebook ou encore 30.000 personnes qui se connectent en moyenne aux retransmissions de défilés.

"Le potentiel est considérable. Nous n'avons aucune raison de nous arrêter", a-t-il souligné.

M. di Marco affirme en outre que Gucci est devenue "la deuxième plus grande marque de luxe au monde après Louis Vuitton", avec un chiffre d'affaires de 2,66 milliards d'euros.

Puis le Pdg en profite pour donner quelques coups de griffes en affirmant qu"une "pièce de toile Monogram Louis Vuitton coûte 11 euros le mètre", tandis que le cuir Gucci "revient à 50 euros le pied (0,305 mètre). Il fustige également les concurrents qui "vendent des sacs à des prix qui n'ont aucun lien avec la réalité", en pointant du doigt Hermès.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.