×
112
Fashion Jobs

Jean-Paul Gaultier célèbre ses 30 ans de création

Par
AFP
Publié le
today 2 oct. 2006
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

PARIS, 2 oct 2006 (AFP) - Jean-Paul Gaultier célèbre cette saison 30 ans de création qui ont fait de ce styliste iconoclaste, bousculant joyeusement les conventions de la mode, l'un des couturiers les plus connus de la planète, à la tête d'un petit empire.


Jean Paul Gaultier - Photo : Pierre Verdy/AFP

Lorsqu'il présente sa première collection en octobre 1976 au Palais de la Découverte, c'est un rêve d'enfant que concrétise cet ex-gamin d'Arcueil (Val-de-Marne), fou de mode depuis tout petit avec la complicité bienveillante de sa grand-mère. Le public, peu nombreux, est déconcerté par les robes "set de table" en paille tressée du jeune homme qui a fait ses débuts chez Pierre Cardin en 1970, à l'âge de 18 ans.

L'essence du style Gaultier est déjà là, comme le soulignera Pierre Cardin bien des années plus tard : "Dès votre première collection en 1976, vous avez remis en cause les critères du goût et du mauvais goût. Vous avez choqué, dérangé et agacé en vous amusant à brouiller les pistes avec une garde-robe ambivalente et interchangeable".


Jean-Paul Gaultier salue le public lors des défilés haute couture pour l'automne-hiver 2006/2007, le 6 juillet 2006 à Paris
Photo : Pierre Verdy/AFP

Vite surnommé "l'enfant terrible de la mode", Jean-Paul Gaultier mélange allègrement les genres, téléscope les époques, pratique le détournement et le métissage, sape les clichés vestimentaires, en réfutant toute intention provocatrice.

Par exemple lorsqu'il crée en 1984 des jupes pour hommes dans la collection "Et Dieu créa l'homme" (printemps-été 1985). "Un homme ne porte pas sa masculinité sur ses vêtements, sa virilité est dans sa tête", dit-il.

En janvier 2006, il achève de brouiller les repères masculin/féminin avec une collection "homme" proposée aussi aux femmes, baptisée Gaultier Puissance 2 et composée des pièces de base de la garde-robe masculine.

Certaines d'entre elles sont devenues des classiques comme le trench, le caban, le pull marin.


Une création du couturier Jean-Paul Gaultier présentée le 26 octobre 1976 à Paris - Photo : AFP

Fondateur de Jean-Paul Gaultier SA dont il est aujourd'hui directeur général, le couturier multiplie les activités : lignes de prêt-à-porter, parfums dont le premier, lancé en 1993, est contenu dans un flacon en forme de buste rose enfermé dans une boîte de conserve. Trois autres suivront, Le Mâle (1995), Fragile (1999), Puissance 2 (2006).

Son entrée en 1997 dans le cercle très fermé de la haute couture illustre la reconnaissance par ses ses pairs de son talent de technicien rigoureux de la couture.

En 2003, Jean-Paul Gaultier lance une ligne de soins et de cosmétiques pour hommes. La même année, il est nommé directeur des collections femme d'Hermès, temple de l'élégance luxueuse et classique dont il s'emploie à renouveler les codes.

Mais le couturier s'intéresse aussi à d'autres univers --danse, cinéma, musique--. Il crée des costumes de scène pour la chorégraphe Régine Chopinot, la reine du musette Yvette Horner, le chanteur Johnny Hallyday, ou Madonna. Le corset saumon aux seins comme des obus porté par la chanteuse sous un sombre costume d'homme, lors de sa tournée mondiale de 1990, deviendra d'ailleurs un vêtement emblématique de la marque.

Jean-Paul Gaultier s'essaie aussi à la télévision et à la chanson, et travaille avec des cinéastes comme Luc Besson, Pedro Almodovar, Peter Greenaway.

Il célèbrera ses 30 ans de création lors d'une grande fête le 7 octobre à l'Olympia.

Par Dominique SCHROEDER

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.