×
92
Fashion Jobs
keyboard_arrow_left
keyboard_arrow_right

LVMH démarre fort 2018 grâce à Louis Vuitton

Publié le
today 10 avr. 2018
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

LVMH débute 2018 sur les chapeaux de roues. Ce qui laisse planer un bel optimisme pour le secteur du luxe. Au lendemain de la publication de ses résultats trimestriels, le groupe de Bernard Arnault a vu son titre bondir de plus de 5 % à la Bourse de Paris grâce à des chiffres record drainés notamment par sa division mode et maroquinerie. Cette dernière a atteint à elle seule 4,27 milliards d'euros de ventes, sur un chiffre d’affaires total du groupe de 10,8 milliards, avec une croissance s’envolant à 25 %.


Louis Vuitton, automne-hiver 2018-19 - © PixelFormula


A noter que le spécialiste de la bagagerie Rimowa, ainsi que Christian Dior Couture à partir de juillet, ont intégré le périmètre de la société, compensant la cession en décembre 2016 de Donna Karan. Cet effet de périmètre a contribué de manière favorable, de l’ordre de 19 %, à cette forte hausse, compensant l’impact négatif des taux de change. En termes de croissance organique, le pôle mode a enregistré un bond de 16 %, qui est à mettre en perspective avec une base de comparaison déjà très élevée de +15 % au premier trimestre 2017 et surtout avec la croissance de 10 % du quatrième trimestre 2017.

Mais le groupe se refuse à parler « d’accélération » en ce début d’année. Lors d’une téléconférence avec les analystes, le directeur financier du groupe, Jean-Jacques Guiony, a estimé en effet que le marché était trop instable, avec différentes variables d’un trimestre à l’autre. « Il s’agit d’une stratégie axée davantage sur la flexibilité que sur la planification. Nous essayons de comprendre le marché et le comportement des consommateurs, mais il est difficile de faire des prévisions. C’est un bon début d’année, on espère que cela va continuer. »

Louis Vuitton a contribué une fois de plus à ses bons résultats. LVMH ne donne pas de chiffres sur sa marque phare, mais comme l’a souligné le directeur financier, « sur le premier trimestre, la croissance organique de la maison a été très proche de celle de la division mode et maroquinerie (+16 % ndlr) », dont elle représente 80 % des ventes, d’après les estimations des analystes.

La marque, dont les prix ont été augmentés autour de 1,7 % et 1,8 % en février uniquement sur les produits de maroquinerie, a progressé sur tous les marchés, en particulier en Asie, où elle a surfé sur le Nouvel an chinois et sur le retour à la croissance à Hong Kong et Macao.

Le groupe n’a pas l’intention d’étendre ultérieurement le réseau de vente au détail, qui continuera néanmoins à être rénové. En revanche, LVMH annonce l’ouverture au prochain trimestre de deux nouvelles manufactures en France afin d’augmenter la capacité de production de la marque.

Pour le reste, « la maison ne croît pas uniquement sur un seul produit ou sur le Monogram, mais grâce à la multiplicité de ses activités, les défilés, les différentes catégories de produits, les collaborations et initiatives ». « Il n’y a ni le risque d’être surexposé, ni celui d’ennuyer le consommateur », conclut le directeur financier.

La collaboration avec Supreme, notamment, a boosté les ventes de l’homme l’an dernier. L’arrivée de Virgil Abloh à la direction artistique des collections masculines devrait créer encore un nouvel élan. Le groupe promet d'ailleurs d'autres initiatives dans le courant de l'année.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com