×
138
Fashion Jobs
THE KOOPLES
Area Manager - Zürich And South of Germany - w/m/v
CDI · ZURICH
ESTÉE LAUDER
Clinique Counter Consultant 80 % Befristet in Spreitenbach ab Sofort
CDI · Spreitenbach
GLOBUS
Chief Sales Officer (Cso) / Mitglied Der Geschäftsleitung (M/W/D)
CDI · ZÜRICH
GLOBUS
Buying Assistant (M/W/D)
CDI · ZÜRICH
ISABEL MARANT
Sale Assistant
CDI · ZURICH
BE VINSIGN
Marketing Digital
Stage · GENÈVE
BA&SH
Assistant Corner Manager - Part-Time 33Hrs - Globus Zürich
CDI · ZURICH
BA&SH
Corner Manager – Full Time – Globus Zurich
CDI · ZURICH
GLOBUS
Trainee / Praktikant:in Styling E-Commerce (M/W/D)
Stage · ZÜRICH
THE KOOPLES
Sales Advisor - Part Time 80% - Globus Zurich Men
CDI · ZURICH
VANIDA DANG
Stage Responsable de Zone
Stage · BIENNE
VANIDA DANG
Stage Responsable de Zone
Stage · BIENNE
ESTÉE LAUDER
Customer Service Coordinator (B2B)
CDI · Wollerau
ESTÉE LAUDER
Betriebstechniker/in
CDI · Wohlen
ESTÉE LAUDER
Beauty Advisor Fragrance Brands 80% - Globus Glattzentrum ab September
CDI · Wallisellen
ESTÉE LAUDER
Tom Ford Beauty Advisor 80% Jelmoli Zürich
CDI · Zürich
ESPRIT
Sales Associate Flex (Employé/e de Vente) (m/f, 60-80%)
CDI · Geneva
ESPRIT
Assistant Store Manager (M/W, 100%)
CDI · Wallisellen
ESPRIT
Sales Associate (Mitarbeiter/in im Verkauf) (M/W, 100%)
CDI · Zürich
ESPRIT
Sales Associate Auf Stundenlohnbasis (Flexible Mitarbeiter/in im Verkauf) (M/W, 60 - 80%)
CDI · Lucerne
ESPRIT
Store Manager (m/f, 100%)
CDI · La Tène
ESPRIT
Sales Associate Flex (Mitarbeiter/in im Verkauf) (m/f, 60-80%)
CDI · Geneva
Publié le
23 nov. 2009
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Moncler : le CE poursuit son combat contre la fermeture du site de Grenoble

Publié le
23 nov. 2009

En septembre dernier, les élus du comité d'entreprise du fabricant de prêt-à-porter Pepper-Moncler apprenaient de leur direction l'intention de fermer le site dans les prochains mois. Aujourd’hui, le motif économique est contesté.

Moncler
Moncler collection homme hiver 2009

Et pour cause, "l’activité de Moncler ne connaît pas la crise, explique le comité d’entreprise. Elle bénéficie d’une très forte croissance: multiplication par trois en quatre ans, 25 % par an en volume et en valeur y compris en 2009, avec une explosion de la rentabilité (le bénéfice représentant 500 % des fonds propres !) et de la productivité multipliée par deux".

Pourtant, le groupe Carlyle, qui a acquis 48 % de Moncler SpA (la célèbre doudoune), a bien annoncé le 22 septembre dernier au comité d’entreprise de la filiale Pepper (Moncler) sa ferme intention de fermer le site français situé à Echirolles menaçant ainsi une centaine d’emplois directs et indirects.

Sur place, la colère et l’indignation l’emportent. "La faiblesse des résultats de Pepper Grenoble n’est pas fondée, explique Mme Coma, déléguée syndicale CGT. Sans compter que le groupe Moncler jouit d’une situation financière confortable".
De fait, si le groupe se portait mal, pourquoi Carlyle aurait-elle acheté pendant la crise, surtout si celui-ci avait été endetté ?

A l’heure où l’on cherche à revaloriser le made in France et où le ministre de l'Industrie Christian Estrosi a lancé des états généraux de l'industrie pour doter le pays d'une nouvelle politique industrielle, il est plus que temps de tirer le signal d’alarme.

"Carlyle cherche seulement à rendre encore plus profitable son modèle économique en externalisant ses activités logistiques pour se centrer sur les activités les plus lucratives: créativités, marketing, administration des ventes, poursuit le comité d’entreprise. Il n’y a donc pas de cessation d’activité du groupe pour une raison économique mais un transfert d’activité".

Sur place, on reproche au gérant de ne pas avoir cherché à assurer la pérennité de la société ; celui-ci ayant été informé de la fermeture depuis juillet 2009.

Pourtant des solutions existent, comme un nouveau modèle économique basé sur un centre de coût qui pourrait satisfaire l’actionnaire et permettre le maintien des emplois, ou bien une cession aux salariés ou à un tiers pour le maintien du site. "Cette dernière alternative n’a même pas été étudiée malgré la manifestation de repreneur", conclut le comité.

Alors que Christian Estrosi vient de mettre place un comité baptisé CNEGI (Comité national des états généraux de l'industrie), reste à espérer que l’affaire Pepper-Moncler figure à l'ordre du jour.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 FashionNetwork.com