×
421
Fashion Jobs
HUGO BOSS (SCHWEIZ) AG
Junior Product Manager Textile Licenses
CDI · Zug
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Bärengasse, Zürich | Teilzeit 60 - 80%
CDI · Zürich
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Jelmoli, Zürich | Teilzeit 60%
CDI · Zürich
AESOP
Verkaufsberater - Retail Consultant (M/W/D) | Aesop Globus Zürich | Teilzeit 80%
CDI · Zürich
NEWELL
Account Manager Schweiz (Outdoor & Recreation)
CDI · GIVISIEZ
SIMPLICITY
Area Manager Sales B2B Schweiz (m_w_d) Showroom Zürich Opus & Someday
CDI · ZURICH
HOLY FASHION GROUP
Marketing Manager (d/M/W)
CDI · KREUZLINGEN
TIFFANY & CO
Purchasing Specialist
CDI · Geneva
NAPAPIJIRI
Sales Director Northern Europe - Napapijri
CDI · STABIO
ON RUNNING
Footwear Testing Coordinator
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Inventory Controls Analyst
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Freight Planning Lead
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Global Sales B2B System Specialist
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Head of Logistics
CDI · ZURICH
ON RUNNING
Talent Business Partner Emea
CDI · ZURICH
MAMMUT
HR Business Partner (All Genders, 80-100%)
CDI · SEON
HOLY FASHION GROUP
Inhouse Consultant Sap sd/ le (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
Joop Brand Controller (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
B2B E-Commerce Manager (Joop, Strellson, Windsor.) (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
Business Development Manager - Focus on Digitalization (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
(Junior) Business Development Manager - Focus on Digitalization (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
HOLY FASHION GROUP
SEA Manager (d/f/m)
CDI · KREUZLINGEN
Publié le
3 mars 2014
Temps de lecture
3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Ouzbékistan: une industrie entre enjeux industriels et politiques

Publié le
3 mars 2014

Comptant parmi les principaux producteurs de coton, l'Ouzbékistan a très largement bâti son industrie autour de la culture et de la transformation de la matière blanche. Le pays était le sixième producteur mondial sur la saison 2012/2013, avec 4,5 millions de balles.

Mais, confronté aux revendications salariales, aux accusations de travail infantile et aux enjeux du développement durable, les industriels se trouvent confrontés à des questions politiques sur lesquelles ils se gardent de prendre les devants sur l'Etat.

Le travail des enfants en Ouzbékistan. Photo AFP archives


Conscients des problèmes associés à leur industrie, les professionnels locaux évoquent néanmoins le problème spontanément. S'ils admettent sans détour les progrès nécessaires dans certains domaines, c'est cependant hors micro qu'ils livrent leur pensée. "Le textile est une source massive d'emplois dans le secteur, et l'industrie du coton a une fonction de grande ampleur à remplir", explique un chef d'entreprise basé dans le sud du pays, de passage à Shanghaï pour le salon Intertextile. "Mais c'est un fait: si une entreprise prend les devants sur ces questions, elle connaitrait forcément une hausse de ses prix, et se retrouvera donc faible face à ses concurrents nationaux. Alors tout reste figé".

Les professionnels laissent donc à l'Etat le choix de donner ou non des directives sur les questions environnementales et sociales de l'industrie, mettant les entreprises locales sur un pied d'égalité. Une avancée qui n'est pas attendue à court terme. "Cela n'arrivera pas avant que le secteur soit suffisamment solide pour tenir le choc", indique un responsable des ventes, sur un stand de Yarn Expo.

"L'un des problèmes est que, par leur boycott de nos productions, les marques nous mettent dans l'impasse. Cela bloque le développement et l'amélioration des conditions de production. Alors que l'on sait, vous comme moi, que ces marques sont les premières à vouloir diminuer les prix au maximum".

Quand bien même l'Etat prendrait les rênes d'une évolution de son industrie textile, le doute persiste sur son impact: officiellement interdit en 2012, le travail des enfants est encore aujourd'hui dénoncé dans le pays.

Selon diverses ONG, environ 2,5 millions d'Ouzbeks sur une population de 30 millions sont réquisitionnés chaque année, sous menaces d'amendes, pour récolter le coton. Enrôlement qui toucherait jusqu'aux écoliers.

Pour la première fois en 2013, les autorités ont permis à des observateurs étrangers d'assister à la récolte. Pas suffisant pour calmer les organismes de défense des droits de l'homme, ou encore les 120 marques qui un an plus tôt bannissaient le coton local dans leurs collections.

Mais, pour certains, une amélioration de la situation est dans l'ordre des choses. Certaines entreprises semblent même commencer à prendre les devants. "Nous sommes un petit pays, dont l'économie est très loin de celle des pays de l'Ouest", rappelle ainsi Ep Park, responsable des ventes de Daewoo Textile, groupe mettant en avant la politique sociale établie à destination de ses employés.

"Nous en sommes à un stade encore préliminaire de notre développement économique. Les questions complexes comme les droits de l'homme ne peuvent que s'améliorer avec la croissance à venir du pays. La vraie question est de savoir dans quelle mesure et de quelle manière l'Etat ouzbek va s'impliquer sur ces questions. En attendant, cela passera par le soutien de donneurs d'ordres".

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2023 FashionNetwork.com