×
Par
Les echos
Publié le
23 avr. 2008
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Richemont : les ventes annuelles n'ont pas souffert de la crise financière

Par
Les echos
Publié le
23 avr. 2008

Le groupe suisse Richemont, numéro deux mondial du luxe, a réalisé un chiffre d'affaires en hausse de 16 % sur son exercice clos au 31 mars, à 5,301 milliards d'euros, porté par une croissance soutenue dans la région Asie-Pacifique et le secteur des montres, a-t-il annoncé mercredi 23 avril.


Baume & Mercier Riviera xxl Magnum

Et cela alors même que le ralentissement de l'économie américaine, particulièrement marqué depuis le début 2008, fait peser des inquiétudes sur le secteur du luxe.Le groupe a réalisé une croissance de 31 % dans la région Asie-Pacifique, avec une envolée de ses ventes en Chine, a-t-il relevé.

La région compte désormais pour 25 % du total des ventes de Richemont. Colliers Cartier et montres Piaget séduisent de plus en plus les pays émergents, qui portent l'expansion du groupe.La croissance du produit des ventes a néanmoins été affectée par la faiblesse du dollar et du yen.

Ainsi au Japon, les ventes au quatrième trimestre ont légèrement baissé par rapport à l'année précédente. Le pays représente 13 % du total des ventes du groupe.En Europe, les ventes de Richemont ont augmenté de 14 % à taux de change constants, et celles de la zone Amériques de 13 % à taux de change constants ( 3 % à taux de change courants).

Les sept compagnies de fabricants de montres que compte le groupe, dont IWC et Jaeger-LeCoultre qui représentent le quart des revenus de Richemont, ont joui d'une forte demande dans toutes les régions, avec une croissance des ventes de 15 %. La bijouterie (un peu plus de 50 % des revenus) réalise la deuxième performance, avec une croissance de 16 % à taux constant, Cartier réalisant une bonne performance dans toutes les régions, selon le groupe.

La tendance du quatrième trimestre (janvier à mars 2008) est bonne. Les ventes ont crû de 11 % à 1,08 milliard d'euros, alors que les analystes interrogés par Bloomberg ne tablaient que sur une hausse de 3,6 %. Quasiment la moitié des ventes proviennent d'Europe et du Moyen Orient, en hausse de 17 % à 448 millions d'euros - un dynamisme qui a compensé le ralentissement en Amérique du Nord et du Sud (181 millions d'euros).

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2021 Les Echos