×
96
Fashion Jobs

Samaritaine : le sort des "démonstrateurs" au coeur de la mobilisation

Par
AFP
Publié le
today 29 sept. 2005
Temps de lecture
access_time 2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

PARIS, 29 sept 2005 (AFP) - Deux jours après la signature d'un accord sur la mobilité, les salariés de La Samaritaine se sont mobilisés, jeudi, pour "exiger l'intégration des quelque 600 démonstrateurs" dans le futur plan social dont "les documents seront remis" au Comité d'entreprise de vendredi.


Employés du magasin parisien La Samaritaine à quelques heures de la fermeture de celui-ci le 15 juin 2005 - Photo : Jack Guez

Jeudi, "plus d'une centaine" de salariés, selon les syndicats ont manifesté aux cris de "Samar-démonstreurs, zéro chômeur" du magasin du Pont Neuf jusqu'au magasin Bon Marché, également propriété du groupe LVMH, a constaté un journaliste de l'AFP.

Plusieurs élus communistes de "la ville de Paris" étaient venus apporter leur soutien.

La procédure d'information-consultation sur le plan (de sauvegarde de l'emploi) sera ouverte lors du CE du 5 octobre prochain.

"Malgré l'accord nous restons méfiants quant à l'engagement de la direction de ne pas procéder à des licenciements économiques car des co-contractants (démonstrateurs, ndlr) font l'objet actuellement de convocations à entretien préalable", a affirmé Monique Daniel, secrétaire (CFTC) du CE.

Pour Mme Daniel les co-contractants "ont oeuvré, comme les autres salariés, à l'augmentation du chiffre d'affaires de La Samaritaine et nous n'accepterons pas qu'ils soient laissés de côté" du plan de sauvegarde de l'emploi (PSE).

De son côté Madeleine Charton, déléguée CGT, tout en se félicitant de la "signature unanime" d'un accord dans "lequel la direction s'engage par écrit à ne procéder à aucun licenciement" a également reconnu que "le problème des démonstrateurs reste posé".

Le 22 juillet dernier, la direction a annoncé la fermeture du magasin pour six ans de travaux de sécurité, provoquant un tollé au sein des 1.400 salariés et contractuels qui réclamaient des travaux par étapes pour préserver leurs emplois.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 Agence France-Presse
Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (ou sur cette page selon le cas) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par l'AFP. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de l'AFP. L'AFP ne pourra être tenue pour responsable des délais, erreurs, omissions qui ne peuvent être exclus, ni des conséquences des actions ou transactions effectuées sur la base de ces informations.