×
Par
Les echos
Publié le
17 oct. 2007
Temps de lecture
2 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

Swatch investira "plusieurs centaines de millions" dans ses capacités de production

Par
Les echos
Publié le
17 oct. 2007

Le groupe suisse Swatch va relever ses prix pour compenser la hausse des prix des matières premières, alors qu'il se trouve confronté à d'importants problèmes de capacité de production, a déclaré son directeur général Nick Hayek au journal économique suisse Handelszeitung de mercredi 17 octobre.


Swatch campagne publicitaire printemps-été 2007

"La demande dépasse les capacités dans tous les segments. Pour certaines marques, principalement dans le segment du luxe, la demande a presque doublé par rapport à l'année précédente", a admis le directeur général du numéro un mondial de l'horlogerie.

Les délais de livraison peuvent aller de quelques mois à un an, a-t-il ajouté. Dans le segment du luxe, les délais de livraison pour les marques Breguet et Blancpain risquent de dépasser douze mois, a souligné M. Hayek.

Pour remédier à cette situation, Swatch va "investir plusieurs centaines de millions de francs suisses" dans ses usines, a-t-il indiqué. "Plusieurs sites vont être agrandis ou entrer en service en 2007 et 2008", a précisé le directeur général de Swatch.

L'horloger biennois va également relever ses prix de manière "modérée" pour compenser la hausse des prix des matières premières et le surcroît de travail chez Swatch, a indiqué M. Hayek.

Le groupe, qui affiche des attentes "très ambitieuses" pour le second semestre, doit "relever d'importants défis (...) liés aux problèmes de capacités", avait-il déjà annoncé courant août.

Swatch Group détient un portefeuille de marques horlogères dans tous les segments de prix, comme Omega, Rado, Breguet, Blancpain, Longines, Mido, Certina, Glashütte, Balmain, Hamilton, Tissot, Jaquet Droz, Léon Hatot et Swatch.

(source AFP)

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2022 Les Echos