×
118
Fashion Jobs

Tara Jarmon veut passer à l'offensive

Publié le
today 15 mars 2016
Temps de lecture
access_time 3 minutes
Partager
Télécharger
Télécharger l'article
Imprimer
Cliquer ici pour imprimer
Taille du texte
aA+ aA-

L’année de Tara Jarmon s’annonce chargée. La marque haut de gamme parisienne a amorcé une nouvelle phase de développement symbolisée par l’arrivée d’un directeur général en avril 2015. Les fondateurs, David et Tara Jarmon, ont ainsi fait appel à Francis Varesano, qui œuvrait déjà pour la marque en tant que consultant. Après son arrivée, les équipes ont été franchement renouvelées, qu’il s’agisse des responsables boutiques ou des chefs d’équipe au siège.


Depuis quelques mois, la direction commerciale wholesale et export a ainsi été confiée à Raquel Araujo, la direction retail à Anne Cottin, la direction achats et visual merchandising à Dorothée Rubinski et Edith Cabane a elle été nommée directrice de collection auprès de Judith Ventura, directrice du style depuis 2014, et des fondateurs qui travaillent toujours à l’élaboration des collections.
 
« Mon arrivée correspondait à une inflexion de la marque. Le constat, c’est que celle-ci a de nombreux atouts, mais qu’ils ne se sont pas encore suffisamment transformés… » estime Francis Varesano. « Aujourd’hui, l’activité de la marque est chiffrée à 100 millions d’euros en retail value, mais ce pourrait être beaucoup plus. L’objectif est de doubler le réseau et les ventes d’ici cinq ans », précise-t-il.

La priorité est évidemment donnée à l’export pour soutenir la croissance. La griffe féminine y réalise aujourd’hui 40 % de son chiffre d’affaires et veut faire passer cette part à 70 %. Les pays cibles sont notamment les Etats-Unis, où Tara Jarmon prépare la mise en place d’une filiale pour ouvrir un premier flagship et des corners, mais aussi la Corée du Sud et la Chine, où des discussions sont en cours avec des partenaires potentiels. Dans ce dernier pays, la marque a déjà eu jusqu’à quinze boutiques, mais doit redémarrer à zéro suite à un litige avec son distributeur précédent.
 
La Russie est également une future priorité, mais à moyen terme, en attendant une reprise économique. Deux ouvertures en franchise y sont tout de même annoncées cette année, tout comme au Moyen-Orient, à Dubaï et Abu Dhabi, mais aussi au Japon, avec une première boutique à l’enseigne prévue par le distributeur Itochu.
 
Tara Jarmon prévoit en tout, corners compris, seize ouvertures cette année, dont quelques-unes gérées en direct, en Allemagne et en Angleterre notamment. A ce jour, Tara Jarmon compte une soixantaine de corners, 20 boutiques à l’étranger et 35 en France.

Dans l’Hexagone, la couverture du territoire est jugée mature, car complétée par 250 revendeurs multimarques. Cela n’empêche pas Tara Jarmon de vouloir y investir également, puisque la griffe travaille à un nouveau concept retail.
 
Elle inaugurera ainsi en septembre son flagship agrandi et rénové, sur les Champs-Elysées. En passant de 135 à 350 mètres carrés, la marque entend surtout proposer une toute nouvelle expérience shopping dont elle dit encore très peu de choses… Simplement qu’il s’agit d’essayer d’étonner, d’apporter une approche nouvelle de la relation client.
 
L’audace, c’est ce que la marque entend proposer sur un marché du luxe accessible devenu très concurrentiel et après plusieurs années de stabilité des ventes. « Nous essayons de proposer quelque chose de singulier, dans les accessoires par exemple, affirmés et différenciants, mais aussi dans des silhouettes que nous qualifions de nerveuses, le marché est saturé d’une offre facile et portable, notre identité doit rester l’originalité », conclut Francis Varesano.

Tous droits de reproduction et de représentation réservés.
© 2019 FashionNetwork.com