Best of Haute Couture - Collections automne/hiver 2015/16 présentées à Paris

La Haute Couture a encore une fois brillé à Paris à travers ses couturiers et membres invités. La créativitéet les ateliers ont été célébrés à coups d’éclat de génie. Dans un seul but : sublimer la femme. Justement il a été question de formes, de corps et de sensualité. Alexandre Vauthier l’imagine toujours aussi pulpeuse avec décolletés vertigineux et découpes asymétriques. Chez Versace, ce sont les plus belles filles, comme Lara Stone ou Doutzen Kroes, qui sont venues jouer les romantiques hippies. Chez Yiqing Yin, il s’agit d’enrouler la matière autour du corps comme un serpent alors que Bouchra Jarrar nous donne sa définition de la lingerie couture. En plus d’évoquer la femme dans toute sa splendeur, les couturiers ont puisé leurs inspirations dans l’art. De Dice Kayek et son clin d’œil à Basquiat, à Raf Simons et son hommage aux peintres flamands chez Dior. Sans oublier les portraits de femmes d’Alexis Mabille à l’Opéra Garnier alors que Schiaparelli nous invite au théâtre d’Elsa, à travers la première collection imaginée par Bertrand Guyon.Les robes deviennent quant à elles de véritables œuvres d’art grâce au talent du duo Viktor & Rolf. Des fourreaux exceptionnels qui seront très applaudis par les invités dont quelques stars, heureuse s de s’évader le temps d’une fashion week (itw Jessica Alba + Naomi Watts).Karl Lagerfeld va même jusqu’à les inclure dans le défilé Chanel. On y voit apparaître Vanessa Paradis et sa fille Lily-Rose, Isabelle Huppert, Rita Ora, Kristen Stewart, Julianne Moore… pour ne citer qu’elles, venues jouer au Casino sous les yeux des spectateurs ébahis. Côté mise en scène, justement la maison Chanel nous a encore une fois émerveillés avec son « Cercle », une sorte de club privé digne d’un film de Scorcese. Enfin que dire de Jean-Paul Gaultier et son ode à la Bretagne, des galettes servies aux invités au bagad débarquant sur scène. Le couturier a repris tous les codes de cette région, comme les costumes, les broderies, les couleurs qu’il a retranscrits avec magie dans 59 passages, prouvant encore une fois qu’il excelle avec brio dans l’art de la couture. Musique du défilé

Copyright : Paris Modes Productions

INSCRIPTION À LA NEWSLETTER